Archives
13 février 2017

Tous toqués

C’est parti: Migusto, la nouvelle plateforme culinaire de Migros, est lancée. Cuisiniers amateurs ou cordons-bleus émérites, tous y trouveront la recette qui leur convient. 

«Même le plus expérimenté des cuisiniers a besoin de suggestions et d’idées» , affirme Peter Wieland, 63 ans (photos: Paolo Dutto, Mathieu Rod).

Le choix est colossal: sur migusto.ch, les utilisateurs peuvent chercher en toute simplicité parmi une liste de 3000 recettes le plat qui correspond à leurs goûts et à leurs aptitudes. Chefs débutants ou virtuoses des fourneaux y trouveront forcément leur bonheur. Le site propose également des explications vidéo, un glossaire culinaire, mais aussi des informations complémentaires, des concours, des rabais valables sur des produits Migros et bien d’autres choses encore. Tous les membres recevront un coupon permettant de multiplier par dix leurs points Cumulus en guise de cadeau de bienvenue. Cinq personnes très différentes nous révèlent ce qu’elles attendent de Migusto et ce qui les réjouit d’avance dans le lancement d’une telle plateforme


Les invités de Peter Wieland, 63 ans, sont toujours accueillis avec élégance. Belle porcelaine, couverts en argent et serviettes en tissu: la table est parée de ses plus beaux atours. Agent fiduciaire originaire de Zurich, il œuvre aux fourneaux par passion, sans lésiner sur le temps de préparation – seul ou avec sa femme. Pour cela, il mise beaucoup sur la qualité de l’organisation. L’aspect fonctionnel lui tient particulièrement à cœur: en cuisine, chaque élément doit se trouver à sa place. Peter aime servir par exemple à ses hôtes du bœuf Angus avec des légumes gratinés ou un risotto aux cèpes cueillis par ses soins.

Notre cordon-bleu se réjouit de la diversité que réservent les recettes de Migusto. «Même le plus expérimenté des cuisiniers a besoin de suggestions et d’idées, affirme-t-il. J’espère que les recettes permettront aussi de véhiculer un savoir culinaire traditionnel.» C’est sûr, la rubrique Migusto «Actualités culinaires» et ses nombreuses informations et reportages feront son bonheur.


Voilà six ans que la jeune infirmière en pédiatrie de 29 ans originaire de Fully (VS) a découvert qu’elle souffrait de la maladie cœliaque et d’intolérance au lactose. Son alimentation a été bouleversée. « J’ai dû commencer à tout cuisiner moi-même. Le problème principal était le goût. Tout était différent, les aliments étaient plus friables et avaient peu de consistance », nous confie-t-elle. Si l’assortiment s’est largement amélioré ces dernières années, elle ne doit pas moins toujours persévérer en cuisine et tester plusieurs fois les recettes jusqu’à obtenir le résultat désiré. «Je cherche beaucoup sur internet, il ne suffit pas d’adapter des préparations déjà existantes. Il faut en général des recettes spécialement prévues sans gluten ou sans lactose.»

Emma est curieuse de découvrir la plateforme Migusto, elle espère y trouver des recettes sans gluten et sans lactose avec des vidéos explicatives et des conseils pour mieux déchiffrer les listes d’ingrédients sur les emballages.


Sylvie Barras, 45 ans, travaille comme assistante de direction et vit seule avec ses deux filles à Echarlens (FR). Le temps passé en cuisine est compté. Mais pour elle, pas question pour autant de se jeter sur les plats tout prêts ou de répéter des recettes ennuyeuses. Des produits frais, de saison et de la région: voilà sa priorité. «J’aime préparer des repas simples, sains et plutôt végétariens.», nous dit-elle. Faire découvrir de nouvelles saveurs à ses filles est l’un de ses objectifs. «Je suis curieuse, j’aime bien tester les nouvelles tendances culinaires.» Pour trouver l’inspiration, elle fouille dans des livres, sur internet ou suit des cours de cuisine. Elle concocte ensuite pour ses filles des plats légers et gourmands. Son astuce? Préparer de grosses portions qu’elle congèle en partie, afin d’avoir toujours du fait maison sous la main.

Toujours à la recherche d’idées, Sylvie attend de Migusto des nouveautés culinaires, des recettes classées par pays ou par ingrédient pour le côté pratique.


Originaire de Brugg dans le canton d’Argovie, Aida Ghofli est en deuxième semestre de droit et travaille dans une boutique d’informatique pour gagner de l’argent. Du haut de ses 19 ans, elle vit depuis peu dans son propre petit appartement et cuisine désormais régulièrement – seule ou avec son ami. La jeune femme n’est pas une vraie débutante. «J’ai déjà cuisiné avec ma grand-mère, par exemple», raconte-t-elle. Mais globalement, la cuisine est pour elle un monde inconnu. «J’aimerais apprendre à cuisiner du poisson frais, confie-t-elle. Par ailleurs, j’aimerais en savoir plus sur les épices, car je me contente d’assaisonner avec du sel, du poivre, du paprika et des oignons en poudre.»

Pour parfaire son savoir, l’étudiante aime regarder des vidéos culinaires sur YouTube. «Je me réjouis tout particulièrement de consulter les recettes vidéo de Migusto.» Elle souhaiterait aussi profiter des rabais exclusifs et des concours réservés aux membres de Migusto.


Mère célibataire qui travaille, Sandra Turri, 44 ans, est souvent prise par le temps. Mais le soir venu, cette éducatrice spécialisée cuisine tout de même pour Dario, son fils de 13 ans. Neuchâteloise de naissance, elle vit aujourd’hui à Zurich-Höngg et fait généralement ses courses au magasin Migros du quartier. «Je suis contente quand je peux effectuer mes achats près de chez moi, explique-t-elle. C’est pourquoi j’apprécie les plats à base de produits frais et sains, que je vais aussi pouvoir trouver dans un magasin plus petit. Dans l’idéal, il faut que les ingrédients ne soient pas trop exotiques ou compliqués et les mets assez rapides à confectionner.»

C’est précisément ce type de recettes que Sandra cherchera sur le site de Migusto. La fonction qu’elle tient absolument à essayer? Celle qui permet de transformer en un clic les recettes de cuisine en liste de courses à Migros. «Je trouve que c’est une idée géniale qui facilite le quotidien.»

Auteur: Michael West, Estelle Dorsaz