Archives
13 avril 2015

Tout sur le lait

La diététicienne Vera Kessens tord le cou à quelques idées reçues quant à ce précieux breuvage.

Lait
Le lait est riche en substances essentielles à notre corps (photo: StockFood).

Vera Kessens, le lait a-t-il sa place dans une alimentation équilibrée?

Oui: il est source de protéines, de matières grasses très digestes, de glucides facilement assimilables par l’organisme – le sucre lactique nommé lactose –, de calcium et d’une multitude de vitamines (B2, B12, D, etc.). C’est la raison pour laquelle la Société suisse de nutrition recommande d’en consommer trois fois par jour, tel quel ou sous forme de produits laitiers. Une portion équivaut par exemple à 180 grammes de yogourt, à deux décilitres de lait ou à 30 grammes de fromage à pâte dure.

Vera Kessens est diététicienne au Centre de psychologie nutritionnelle (KEP) de Zurich.
Vera Kessens est diététicienne au Centre de psychologie nutritionnelle (KEP) de Zurich.

Comment faire pour appliquer ce conseil au quotidien?

Le matin, vous pouvez boire un verre de lait chaud ou déguster un bol de muesli. Au dîner, saupoudrez vos pâtes de fromage râpé et le soir, préparez-vous un bon dip au séré pour accompagner vos pommes de terre en robe des champs.

Les détracteurs du lait l’accusent de faire grossir, d’être nocif pour la santé ou encore de favoriser l’ostéoporose…

Le lait en lui-même ne fait pas grossir: comme toujours, tout est affaire de quantité. Un décilitre de lait entier comprend 68 kilocalories. Il existe en outre des variantes allégées ou demi-écrémées. Evidemment, le lait ne sert pas à étancher la soif: c’est un aliment à part entière. Et contrairement à ce que prétendent ses adversaires, il contribue à prévenir l’ostéoporose et fournit à notre corps des substances essentielles pour les os et les dents.

Pourquoi les adultes ont-ils souvent du mal à digérer le lait?

En Suisse, 15 à 17% de la population souffre d’une intolérance au lactose. Celui-ci, présent uniquement dans le lait, est composé de deux sucres simples, le glucose et le galactose. Le système digestif ne métabolisant que les sucres simples, le lactose doit d’abord être dégradé par une enzyme spéciale, la lactase. Or certains individus en sont complètement dépourvus: s’ils absorbent une trop grande quantité de lait, ils ne peuvent la digérer et se plaignent de ballonnements, de maux de ventre ou de diarrhées.

Que conseillez-vous à ces personnes?

Elles ne sont heureusement pas condamnées à se passer de laitages. Les solutions alternatives sont nombreuses. Je leur recommande le lait sans lactose, ou à base de soja, de riz ou d’amande, et tous leurs produits dérivés. Et si ceux-ci sont enrichis en calcium, ils compléteront à merveille un régime végétarien ou même végétalien.

Auteur: Sonja Leissing