Archives
17 mai 2016

Trente ans déjà…

La chronique de Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet.

La chronique de Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet.

Fin avril, nous avons fêté à Genève le trentième anniversaire du Salon du livre et de la presse. Ou plutôt, du Salon du livre et de l’absence-de-la-presse-parce-que-les-temps-sont-durs-et-qu’il-faut-compresser-les-coûts. En effet, cette année, Ringier, Tamedia ou même la RTS ont boudé le Salon. Austérité et rigueur, ont-ils argumenté. Une rigueur qu’on retrouve davantage dans les colonnes de leurs budgets que dans celles de leurs quotidiens ou de leurs magazines...

En revanche, lors du dîner au cours duquel on remettait le Grand Prix littéraire du Salon du livre, tous les grands groupes de presse étaient représentés. Quand il faut payer pour louer un stand, il n’y a plus personne, mais quand il s’agit de venir s’empiffrer à l’œil, tout le monde est là!

Quel dommage que la presse ait déserté le Salon! C’était tellement convivial, ces stands où on vous proposait des animations pour vos enfants, pendant que de redoutables pitbulls déguisés en hôtesses tentaient par tous les moyens de vous arracher une signature pour un abonnement de trois ans...

Heureusement, les libraires, eux, sont restés fidèles au Salon. Il faut dire que certains font à Palexpo en moins d’une semaine le chiffre d’affaires qu’ils réalisent habituellement en six mois. Les librairies pendant le Salon du livre, c’est comme les salons de massage pendant le Salon de l’auto!

Autre trentenaire, qu’on aurait volontiers renoncé à célébrer: l’explosion du réacteur de la centrale de Tchernobyl, et son fameux nuage qui a saupoudré l’Europe de ses retombées radioactives. Sauf la France, évidemment, qui a nié pendant des semaines toute propagation chez elle. Les Français sont persuadés qu’une catastrophe nationale reste nationale, mais ils oublient que leur président voyage aussi à l’étranger...

On fête aussi en ce moment les 30 ans du premier album du groupe de hard rock Metallica, dont le titre évocateur était Metal Up Your Ass, ce qui signifie littéralement: Galvanise-toi le cul! Ce qui tombait bien puisque ce fut un des nombreux effets de l’explosion de Tchernobyl sur les Ukrainiens.

Enfin, puisque nous évoquons les anniversaires de calamités planétaires, rappelons qu’il y a quinze ans, en mai 2001, M6 lançait la toute première émission de télé-réalité en France: Loft Story. Un programme qui allait à la fois multiplier les annonceurs et booster la vente de piscines! 

Texte © Migros Magazine – Marie-Thérèse Porchet

Auteur: Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet