Archives
29 mars 2016

Un 4x4 athlétique

Stable et puissant, le Renault Kadjar a passé l’épreuve de la neige haut la main. De plus, son toit vitré panoramique permet de profiter au mieux du paysage.

Le Renault Kadjar.

Question enneigement, l’hiver a peut-être mal commencé, mais il s’est largement rattrapé en début d’année. Si, pour les stations de ski, il s’agit plutôt d’une bonne nouvelle, il en va tout autrement pour les routes. L’intermittence pluie-flocons les a souvent rendues très dangereuses, et dans ce genre de situations, il est plutôt rassurant pour moi de rouler en 4x4. Justement, la voiture de la semaine est le Renault Kadjar. Un crossover à la bouille sympathique qui garde des proportions raisonnables et affiche de jolies performances.

Performant sur la neige

A l’occasion d’un week-end à la neige, c’est avec deux amies que j’ai testé le Kadjar, notamment sur des routes périlleuses. J’aime passer sur les mêmes tracés avec les différentes voitures que j’essaie et ainsi pouvoir les comparer sur des terrains que je connais très bien. Sur la montée de Nendaz (VS), celle qui coupe par Conthey (VS) et Aproz (VS), il y a certains virages tendus, et si la voiture n’a pas la carrure, on le sent tout de suite. Le Kadjar s’est montré très performant, même chargé, et a fait preuve d’une excellente stabilité. Ma passagère assise à l’arrière, qui n’a pas lâché son portable des yeux pendant le trajet sinueux, peut en attester, la voiture ne gondole pas, même à vive allure. Sur le petit chemin non déblayé qui mène à l’immeuble, là aussi le Renault Kadjar s’en est bien sorti. Rouler sur un mélange de glace vive et de bouille neigeuse n’est pourtant pas évident, et j’ai souvent vu des voitures patiner dans cette allée. Ce n’était pas le cas ici, le crossover a maîtrisé l’épreuve haut la main.

Le confort est là, la technologie aussi, mes seules critiques iront premièrement au coffre qui, malgré toutes ses qualités n’offre pas un plancher totalement plat lorsque la banquette est rabattue et, deuxièmement, au constructeur qui ne propose le 4x4 que sur moteur diesel.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le look Le Kadjar est un crossover athlétique et sympathique. Sa carrosserie joufflue fait la part belle aux lignes arrondies en se délestant de toute agressivité. Et justement, son originalité réside dans cette apparente bonhomie. Les signatures lumineuses, avec ses LED graphiques, lui redonnent la juste touche de sérieux et soulignent sa singularité.

Connectivité Un écran couleur tactile 7’’ se positionne au cœur de la console de bord et permet une utilisation intuitive de la navigation, de la plateforme multimédia ou des réglages de l’ordinateur de bord. En outre, il offre la possibilité de mémoriser 6 profils d’utilisateurs différents afin que chacun retrouve ses réglages personnels en un seul clic.

Le coffre Le seul défaut de ce coffre est que, lorsque la banquette est rabattue, la zone de chargement n’est pas entièrement plane, bien qu’elle s’en approche. Dans les gros points positifs, on notera la possibilité de choisir le niveau du plancher de la zone de chargement et celle de rabattre également le siège passager avant et atteindre 2,50 de longueur, pratique quand on revient du magasin de meubles avec une bibliothèque en kit par exemple. En position 5 places, il cumule 472 litres de volume et passe à 1478 litres sièges baissés.

4x4 sur demande Rares sont les occasions qui nécessitent le 4x4 au quotidien, mais lorsque la situation est difficile, on est heureux d’en avoir un! Une molette permet de choisir de rouler en 2 ou 4 roues motrices ou simplement de laisser le véhicule décider lui-même en fonction du terrain. Avec ses protections latérales et sa garde au sol surélevée, le Kadjar peut se permettre de s’écarter des sentiers battus.

L’intérieur Très lumineux, grâce à son toit vitré panoramique, l’intérieur est aussi particulièrement confortable. Les sièges sont enveloppants et cossus, les surpiqûres et les revêtements du tableau de bord souples au toucher donnent du cachet et les rangements sont en nombre suffisant. Quelques centimètres supplémentaires d’espace aux jambes à l’arrière n’auraient pas été de trop, mais chacun voyage confortablement.

Texte © Migros Magazine – Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli