Archives
9 décembre 2013

Un air rieur pour une voiture très sérieuse

Dynamique, réactive, confortable, la Mazda3 est aussi très sûre: elle a décroché la note maximale au test Euro NCAP.

Mazda3
Leïla Rölli, chroniqueuse automobile.
Leïla Rölli, chroniqueuse automobile.

A chaque fois que je monte à La Chaux-de-Fonds, j'aime partir un tantinet en avance pour éviter les tunnels et passer par la Vue-des-Alpes. Avec les premières neiges, je voyais deux avantages à choisir cet itinéraire: d'une part le paysage est charmant et, de l'autre, la route constitue un merveilleux terrain de test. Comme cette semaine je bénéficiais du prêt de la toute nouvelle Mazda3, le trajet fut des plus satisfaisants.

La motorisation testée ne développe pas moins de 150 ch et fait preuve d'un dynamisme étonnant, et ce, même en pleine montée. Le tracé compte tout de même quelques virages un peu périlleux. Eh bien, même si j'entretenais une allure soutenue et que la route affichait des températures négatives, je me suis sentie particulièrement en sécurité. Que ce soit au niveau des accélérations, du freinage ou même du braquage, la nouvelle Mazda3 s'est montrée hautement réactive. Et ce sentiment de parfaite sécurité n'est pas un hasard. La Mazda3 a décroché une note globale de 5 étoiles au test Euro NCAP et est équipée d'une gamme très étendue d'options sécuritaires.

Au niveau de l'habitacle, le confort est aussi au rendez-vous. A l'avant c'est un sans-faute. Un de mes petits «trucs» pour reconnaître si une voiture est confortable, c'est lorsque j'arrive à destination. Si je peine à sortir du véhicule et que je reste un long moment à écouter la radio avant de rentrer chez moi, c'est que le test est réussi. Pour la Mazda3 c'était même un peu plus que ça. Comme les sièges chauffants sont particulièrement puissants - d'ailleurs je me suis fait plusieurs fois la remarque qu'ils me brûlaient presque - je restais facilement 10 à 15 minutes à rêvasser dans l'habitacle pendant que la température redescendait doucement. A l'arrière le confort est aussi de mise, même si les passagers seront un peu à l'étroit s'ils sont au nombre de trois.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le look

Les Mazda sont toujours très expressives et la numéro 3 ne déroge pas à la règle. Ses phares très étirés et sa calandre rieuse lui donnent un visage espiègle. De profil, des renflements donnent du relief, mais l’ensemble manque un peu d’agressivité.

Le coffre

Le coffre n'est pas très vaste, mais il y  a largement de quoi faire.

Même si elle a des allures de mini-break. la Mazda3 ne s’illustre pas par un coffre particulièrement vaste, mais il y a largement de quoi faire. De 364l jusqu’au couvre-bagages en position 5 places, le coffre atteint les 1263l lorsque la banquette est rabattue.

Le moteur

Un moteur très propre.

Une petite merveille élaborée par Mazda qui se caractérise par un taux de compression bas qui permet un étonnant dynamisme à ce moteur très peu gourmand et plus propre que les diesels de même catégorie. Il est équipé du système i-Stop de série, qui coupe le moteur à l’arrêt du véhicule.

Le tableau de bord

Le tableau de bord est sobre et intuitif.

Truffé de technologie, comme un affichage tête haute projeté sur une plaque transparente, le tableau de bord est sobre et relativement intuitif. On navigue dans l’ordinateur de bord soit via l’écran tactile, soit par le biais d’une molette située près du levier de vitesses.

Avertisseur d’obstacle frontal

Selon le niveau d’équipement choisi, la Mazda 3 propose parmi une pléiade d’options, un avertisseur d’obstacle frontal. Un radar à ondes micro-courtes surveille les voitures qui précèdent et émet un signal d’alerte sonore et visuel en cas de danger imminent. Si le conducteur s’approche trop près, le système de freinage intelligent s’active et commence à précharger les freins avant de les serrer en fonction du danger.

Auteur: Leïla Rölli