Archives
22 mai 2017

Une calligraphie tout en finesse

Des lettres romaines permettent de créer de très belles calligraphies, ainsi que le prouve Josué Duciel, enseignant aux Ecoles-clubs Migros de Lausanne, Yverdon, Vevey, Neuchâtel ainsi que de La Chaux-de-Fonds.

Josué Duciel en train de faire de la calligraphie
Faites perdurer à votre façon la tradition de l’écriture élevée à un art à part entière.

On connaît la calligraphie asiatique et arabe, mais notre alphabet latin si familier permet, lui aussi, de se lancer dans de très belles esquisses qui se basent sur de simples lettres. «Cet art s’approchant de la méditation, il est important de se mettre dans l’ambiance avant de commencer et de se préparer mentalement en réfléchissant bien à ce qu’on va faire, conseille Josué Duciel.

Ensuite, il s’agit de lâcher prise tout en conservant de la rigueur dans l’exécution du geste.»

Marche à suivre

On peut commencer par mettre de la musique, allumer un bâton d’encens, puis on se prépare mentalement. Il s’agira de s’exercer d’abord à dessiner ses lettres de manière répétitive, afin de trouver le bon rythme et le bon mouvement, avant de les reproduire sur le papier. Ensuite… notre créativité et notre instinct esthétique feront le reste!

Petit échauffement: vaguelettes

(Voir aussi la vidéo ci-dessous)

Choisir le bec de 4 mm, un papier basique, puis travailler ses pleins et déliés en effectuant des lignes de petites vagues régulières.

Se concentrer sur sa respiration et tenir sa plume de manière à ce que le bec fasse un angle de 30 degrés au début et à la fin de chaque vague (la tenue naturelle de la plume par rapport au papier fait qu'elle arrive sur le papier avec un angle d'environ 60-70 degrés).

Dessiner au moins sept lignes, de manière à ce que le résultat semble faire naître un effet 3D.

Petite astuce : en été, afin de protéger son travail, glisser une petite feuille de papier pliée en deux sous la main qui tient la plume.

1er travail calligraphique: des lettres contrastées

Division de la feuille avec un trait
Diviser d'un trait la feuille en quatre

Prendre une feuille et, avec un crayon, la diviser en quatre en la positionnant en format « paysage » (à l’horizontale) ou « portrait » (à noter : la positionner à l’horizontale exigera de dessiner davantage de lettres à la suite…). On peut tirer ses traits à l’aide d’une règle, mais le faire manuellement est plus inspirant, même si les traits sont un peu maladroits et ne présentent pas exactement le même intervalle!

Enroulement de l'élastique autour du crayon.
Maintenir les crayons ensemble à l'aide d'un élastique par exemple.

Prendre ses deux crayons gris et les maintenir solidement, en enroulant autour un élastique ou un scotch. Positionner les mines de manière à ce que l'une (celle côté gauche, côté pouce) soit 1,5 à 2 mm plus bas que l'autre.

Dessin d'un alphabet en majuscules
Dessiner un alphabet en majuscules.

Dessiner ensuite un alphabet en majuscules, en réfléchissant toujours à la taille – déterminée par l’angle entre les deux mines – et la forme que va prendre chaque lettre et le vide qu’il va y avoir autour. On peut à nouveau s’exercer d’abord sur un papier à côté, ou dessiner de suite ses lettres sur la feuille lignée. Dans le cas d’une feuille utilisée en format « paysage », enchaîner entre 5 et 7 lettres par ligne.

Dessin à l'encre de lapointe des lettres.
Encrer les pointes des lettres

S’il reste un espace à la fin d’une ligne, on peut le laisser vide ou alors dessiner par exemple un « & ». Lorsque son alphabet est terminé, commencer à encrer les pointes de ses lettres (on peut le faire avec un stylo encreur, qui permet d’éviter les taches pour les débutants).

Puis prendre le bec de 1 mm et tracer les contours des lettres délimités par les crayons, en réfléchissant bien : la première ligne de lettres sera blanche sur fond noir, la seconde noire sur fond blanc.

Penser ainsi à tracer le contour de l'intérieur des lettres qui seront noires, et de l'extérieur des lettres qui seront blanches.

Il faut également faire attention à ce que les intersections entre les lettres de la première ligne restent vides, sans trait de stylo ! En revanche, il n’y aura pas à s’inquiéter pour la seconde ligne, puisque toutes les lettres seront encrées.

Bon maintien du bec.
Eviter d’aller au revers du bec.

Pour éviter les taches, éviter d’aller au revers du bec : ainsi, un « o », par exemple, se dessine en deux demi-cercles de haut en bas, qui se rejoignent.

Remplissage des espaces au pinceau
Remplir au pinceau les espaces entre les lettres.

Après avoir entouré toutes les lettres, remplir au pinceau les espaces entre elles sur la première ligne. A noter : les taches font partie du processus créatif. Mais si cela dérange, on peut les cacher avec un peu de gouache ou de peinture acrylique blanches…

Travail de la deuxième ligne.
Continuer la deuxième ligne en inversant le contraste.

Lorsque la première ligne est terminée, commencer la deuxième, cette fois-ci en remplissant les lettres, tout en suivant toujours le tracé des crayons.

Travail des finitions.
Effectuer soigneusement les finitions.

Effectuer ensuite les finitions : ainsi, le « D », blanc sur la ligne du haut, finit sur la ligne en-dessous. Il faut donc en dessiner la pointe en noir, puisqu’elle est sur fond blanc!

Gros plan sur les lignes aux différents contrastes.
continuer toujours en alternant blanc et noir.

Continuer ensuite son alphabet sur les deux dernières lignes, en alternant toujours les contrastes : les lettres de la troisième ligne seront ainsi blanches sur fond noir, et celles de la quatrième, noires sur fond blanc.

Bien laisser sécher son travail… puis l’admirer!

2e travail : composition d’un alphabet en minuscules

Prendre un nouveau papier et et chercher à former la lettre « a », - en minuscule, cette fois-ci -, dont la taille sera définie par la taille du bec.

Gros plan sur les lettres dessinées
Dessiner plusieurs fois la même lettre

Dessiner inlassablement cette lettre jusqu’à trouver l’inclinaison, taille et forme qui nous plaît, tout en étant capable de la dessiner ensuite identiquement plusieurs fois de suite.

La répétition permet de trouver le bon angle, le bon rythme et le bon geste, de manière à aboutir ensuite à un certain automatisme.

Recommencer avec le « b », le « c », jusqu’à ce qu’on ait ainsi « en main » tout l’alphabet.

Ecriture de l'alphabet
Ecrire ensuite une lettre après l’autre sur plusieurs lignes.

Ecrire ensuite une lettre après l’autre sur plusieurs lignes, en composant un alphabet visuellement esthétique. La lisibilité n’est pas obligatoire, car le cerveau reconnaîtra de lui-même les lettres, sachant qu’il s’agit d’un alphabet.

Comme pour les vagues effectuées précédemment, travailler ses pleins et déliés selon un certain rythme, de manière à aboutir à un joli résultat.

Texte © Migros Magazine – Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Mathieu Rod