Archives
16 juin 2014

Un anniversaire entre rêve et réalité

Olivier Guichoud entraîne les enfants dans un périple magique, avec effets spéciaux, décors, figurants et suspense, bien sûr!

Olivier Guichoud en interaction avec les enfants
Créateur d’événements pour enfants, Olivier Guichoud les emmène dans un univers parallèle.

Couché sur un trottoir, à Lausanne, un homme vêtu d’une cape froissée geint doucement. «Monsieur, levez-vous, ce n’est pas l’heure de dormir!» Suspicieux, Telia, Sam, Anna, Noria et Mia s’approchent prudemment. Les cinq enfants participent à un après-midi surprise, organisé par leurs parents. Mais cet énergumène hirsute fait-il vraiment partie de l’événement?

Ce dernier se lève en titubant et s’adresse à eux dans un baragouin étrange. Regards stupéfaits et amusés. L’étonnant personnage gesticule, trébuche, leur montre une vieille clé. Puis, une lanterne abritant un escargot de Bourgogne d’une main et une mallette d’où filtre une musique obsédante de l’autre, il part au petit trot en direction d’une vieille demeure.

En haut de l’escalier, un grenier poussiéreux. Un alignement de potions multicolores brille dans un rai de lumière, une vieille malle dévoile des morceaux de parchemin. Soudain, l’homme s’écroule: «Regarde, il est écrit qu’il faut lui donner de la potion de Cheston Vert pour le sauver!» Quand il se relève, l’homme se présente, en français cette fois-ci: il s’appelle Edward – alias Olivier Guichoud, pour les parents –, il habite au royaume de Greenwald, au cœur de la forêt. Le maléfique Maldassar va faire disparaître son peuple s’il ne trouve pas des enfants pour annuler le sort. – «Mais c’est nous, les enfants! On va t’aider!» Sam, inquiet:

Mais c’est vrai, cette histoire?»

Au cœur de la forêt enchantée de Sauvabelin

La Tour de Sauvabelin
La chasse au trésor a eu lieu dans les environs de Sauvabelin et de sa Tour.

L’aventure est lancée. Les enfants, fascinés, suivent le mystérieux Edward et Gus, son escargot magique, dans la forêt de Sauvabelin sur les hauts de Lausanne. Au programme, tout d’abord, dégustation de potions: «La bleue, elle est trop bonne!» – «Oui, elle doit dater d’au moins deux cents ans.» «Deux cents ans? Oh non, dégueu!» Encore une gorgée pour se donner du courage, puis la troupe part à l’assaut des sentiers de Greenwald.

Voilà leur copain Hugo, bientôt 8 ans, qui vient en renfort. Edward fait monter la tension: «Gus m’a appris à repérer les dangers. Que fait-il?» «Il rentre et sort sa tête entre les feuilles de salade.» – «Alors, tenez-vous sur vos gardes!» Promeneurs nonchalants et chiens en laisse n’existent plus aux yeux des aventuriers: maintenant, on guette les corbeaux, «signe que Maldassar n’est pas loin», on croit voir des ombres inquiétantes, on frémit à chaque craquement.

Les potions sur une table.
Une potion faite maison!

Ici, une souche sombre délimite le royaume interdit. Là, une gourde cachée dans une cabane de branchages, pleine de potion maléfique. Telia: «J’ai un peu peur…» Un champignon sculpté recèle un parchemin: c’est la recette de la potion à fabriquer pour annuler le sort. «Vingt et un pétales jaunes, douze pétales roses, un caillou blanc, de la mousse.»

Soudain, Edward a vu passer quelque chose. Maldassar? Prudence… Les enfants se serrent les uns contre les autres, descendent des escaliers, suivent un sentier entre les arbres et arrivent à une rivière.

La découverte du «coffre magique»

Un enfant montre la bague
La bague de l’aïeul est réapparue, signe que les enfants ont réussi leur mission.

Et là, émerveillement général: la petite troupe découvre une cascade avec, au centre, un miroir étincelant. «Ouaaais, on a trouvé l’endroit magique, le cœur de Greenwald!» «Verse la potion dessus pour annuler le sort!» – «Là, il y a des paillettes contre la paroi! Elles n’y étaient pas avant!» Edward déniche un coffre sous la falaise. Dedans, une bague surmontée d’un gros «rubis»: «C’est celle de mon arrière-arrière-grand-père, qui avait été volée par Maldassar. Si elle est réapparue, cela veut dire que le sorcier est mort.» –«Mais alors, ça veut dire qu’on a sauvé le royaume?» «Super, on a réussi!»

Il est temps de libérer Gus, conseiller discret mais efficace, qui gardera de l’aventure quelques paillettes sur la coquille. Puis tous fêtent le succès de leur mission, à grand renfort de biscuits au chocolat et de vers gélifiés.

Fourbus mais immensément fiers de leur épopée, les enfants font des adieux émus à Edward. Ce soir, ils dormiront sur leurs deux oreilles: grâce à eux, le diabolique Maldassar ne viendra plus jamais perturber les habitants des bois – ni ceux des villes, d’ailleurs.

Olivier Guichoud, créateur d’événements pour enfants

Olivier Guichoud sous une cascade près du miroir posé sur une pierre.
Que d’émotions lors de la découverte du miroir étincelant!

Après avoir suivi une formation d’éducateur et lancé un service de baby-sitting en 2005, Olivier Guichoud s’intéresse à la création d’anniversaires aventureux dès 2007. Au fil de ses mises en scène, il élabore un concept de plus en plus original, mêlant décors, personnages, effets spéciaux et musique de films. Son dada: créer des aventures liées à des séries télé et des films. Ainsi, des chanceux ont déjà pu assister à un après-midi façon «Jurassic Park», «Top Chef», «Tintin», «Fort Boyard», etc. Ses «enquêtes policières» remportent aussi un franc succès.

Mon idée est de susciter un effet de surprise, qui va immédiatement plonger les enfants dans l’inconnu et leur faire douter de la frontière entre l’événement lui-même et la réalité,

explique Olivier Guichoud. Les événements (dont la thématique est déterminée en fonction d’une discussion préalable avec les parents et l’enfant fêté) débutent presque toujours au domicile, où je crée une ambiance éphémère. De là, on sort pour aller explorer les environs au fil de l’aventure. Sans les parents, bien sûr, excepté ceux de l’enfant fêté et à condition qu’ils soient discrets!»

Un exemple: l’organisateur a mis sur pied il y a peu une aventure sur le thème des naufragés. Les enfants, yeux bandés, ont été transportés en voiture avec, en fond sonore, un bourdonnement d’hélicoptère. Déposés sur une plage, ils ont ensuite dû effectuer des épreuves à la manière de «Koh Lanta».

Fourmillant d’idées, l’éducateur se déguise, accompagne ses événements de musiques de films, et engage volontiers ses amis et des bénévoles pour jouer des personnages-clés. Il met en place tous les éléments – excepté le goûter, mais avec cartes d’invitation thématiques en option et plaque de chocolat en cadeau à la fin –, qui feront d’un simple après-midi un moment inoubliable. La preuve: les mamans s’arrachent ses coordonnées.

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Loan Nguyen