Archives
8 septembre 2014

Un bonsaï, ça se chouchoute!

Tout arbre qu’il est, un bonsaï exige des soins attentifs et réguliers, ainsi que l’explique Laurence Rodrigues, vendeuse «Garden» chez Obi Renens.

Laurence Rodrigues de chez Obi coupe au sécateur les branches disgracieuses.
Laurence Rodrigues de chez Obi coupe au sécateur les branches disgracieuses.

Minuscule et tout mignon, le bonsaï n’est néanmoins pas un jouet. On doit lui prodiguer des soins précis si l’on veut le voir croître de manière esthétique.

Ainsi, premier élément primordial à connaître: il existe deux variétés de bonsaïs, ceux d’extérieur et ceux d’intérieur. Toutes deux demandent un entretien différent.

Par ailleurs, le fait de tailler régulièrement son bonsaï va permettre de le rendre plus touffu mais aussi de le maintenir de petite taille. Ainsi, la plante poussera de quelques centimètres au fil des années, mais conservera son aspect miniature.

Il est important de favoriser une taille qui mette en valeur l’esthétisme de sa plante. Ne pas hésiter à couper court.

Enfin, il faut savoir que les bonsaïs sont parfois vendus dans un double bac en plastique. Il est alors essentiel d’enlever celui du dessus et de ne conserver que celui qui contient la plante. Car sinon, l’eau stagne entre les deux bacs, répandant une odeur qui n’inspire guère à la zénitude…

Emplacement

Pour les variétés extérieures: elles supportent le soleil, mais il est important de les adapter progressivement à un emplacement exposé sur un balcon ou dans un jardin. En hiver, il vaut mieux les rentrer, car leur petit pot ne protège pas assez les racines.

Pour les variétés intérieures: les placer derrière une vitre, avec beaucoup de lumière mais pas de soleil direct.

Pour les deux variétés: un repos hivernal est conseillé. Les conserver alors dans une pièce à 2 °C ou 3 °C, mais à 10 °C maximum.

Taille

Commencer par déterminer la forme que l’on désire, puis couper les branches en fonction. Il n’y a pas de longueur de taille spécifique.

Chaque branche coupée va refaire plusieurs petites pousses, ce qui rendra la plante plus touffue.

L'arbre bonsai taillé.
Résultat: la forme de la plante est redessinée.

Couper également les petites branches mortes, et ne pas hésiter à alléger le feuillage entre les branches si nécessaire, afin de bien dessiner la forme de sa plante.

Il n’y a pas de saison particulière pour la coupe des bonsaïs, il faut le faire dès qu’on remarque que la forme n’est plus nette.

Rempotage

A effectuer tous les 4 ans, sauf si on voit que les racines commencent à tapisser le terreau, sur le dessus ou au fond. Choisir un pot d’environ 2 cm de plus que le précédent, et vérifier qu’il est bien percé au fond.

Coupe au sécateur.
Couper environ 20% des racines.

Quand on sort la motte, la rafraîchir en coupant environ 20% des racines et en retirant celles qui sont brunes, moisies ou desséchées.

Défaire un peu la motte du bout des doigts.
Défaire un peu la motte du bout des doigts.

Défaire un peu la motte du bout des doigts, enlever un peu de terre.

Combler avec du terreau frais.
Combler avec du terreau frais.

Pour les grands bonsaïs, verser un fond de petit gravier avant d’ajouter la motte, afin d’aérer la terre. Combler avec du terreau frais. Bien tasser autour des racines. Pour les petits modèles, il n’y a pas besoin de verser du gravier, car la quantité de terre est réduite.

Bien tasser autour des racines.
Bien tasser autour des racines.

Ajouter la motte, combler avec du terreau frais. Bien tasser autour des racines.

Arroser ensuite généreusement.
Arroser ensuite généreusement.

Ne pas forcément enfouir dans la terre toutes les racines qui se trouvent sur le dessus: cela fait partie de l’esthétisme d’en avoir quelques-unes qui ressortent.

Arroser ensuite généreusement avec un arrosoir pourvu d’une pomme, afin de ne pas creuser la terre.

Toute une panoplie de soins

Arrosage

Il est important de maintenir la terre légèrement humide. Ainsi, dès que le terreau commence à sécher en surface, baigner le pot en le laissant tremper 3-4 minutes dans de l’eau (du robinet). Cela permet un humectage plus efficace car en arrosant simplement, l’eau ruisselle sur la terre et ne pénètre pas en profondeur.

A noter: les sondes ne sont pas forcément fiables, et l’eau peut passer sur les côtés et stagner au fond du pot. Il est donc recommandé de vérifier soi-même l’humidité de la terre. Bon à savoir: il est déconseillé de disposer de petites pierres décoratives, sable ou autre sur le terreau, car cela empêche de vérifier si celui-ci est sec ou non.

Engrais

Suivre les indications inscrites sur le flacon pour effectuer le mélange eau-engrais liquide. De mars à octobre, donner de l’engrais une fois toutes les deux semaines. En hiver, une fois par mois. Attention, ne fertiliser que les bonsaïs d’intérieur! Les bonsaïs d’extérieur n’ont pas besoin d’engrais.

A noter: les proportions du mélange eau-engrais indiquées sont en général bien plus importantes que ce que l’on utilise réellement pour son bonsaï. S’il reste une partie du mélange, on peut le conserver sans problème - à température ambiante et à l’abri de la lumière - environ deux mois dans une bouteille en PET que l’on étiquettera bien.

Soins

Lorsque la terre devient un peu moussue ou grisâtre en surface, bien la gratter afin d’enlever les dépôts de sels minéraux et la poussière. Si les feuilles présentent des signes de sécheresse, cela signifie généralement que la plante a un coup de soif. Dans ce cas, retailler un peu, baigner la plante (mais attention, pas plus de 5 minutes pour ne pas la noyer!). Ne pas ajouter d’engrais immédiatement mais attendre au moins deux, et même trois semaines, car les racines de la plante auront déjà souffert du coup de soif et brûleraient sous l’effet de l’engrais.
Si l’environnement est sec, on peut également vaporiser de l’eau sur les feuilles, cela permet d’éviter le dessèchement, mais aussi les acariens.

La cochenille est la fatalité du bonsaï. Lorsque la plante est atteinte, la sprayer toutes les deux semaines avec un produit anti-parasites jusqu’à disparition du problème.

Si du lait coule des branches coupées: prendre un morceau de coton, le tremper dans de l’eau chaude puis tamponner l’extrémité de la branche avec. Cela permet de cautériser la taille.

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Loan Nguyen