Archives
23 mai 2016

Un coach pour se remettre au sport

Pour beaucoup, à chaque printemps, l’idée d’une remise en forme se fait plus pressante. Mais plus les années s’accumulent, plus on perd la motivation. S’adresser à un entraîneur personnel peut être une solution.

Notre journaliste Pierre Léderrey et la coach Marie Grangier.

Voilà des années que, pris entre les obligations professionnelles et une vie privée trépidante, vous repoussez le moment de «vous y remettre». A vous tous qui vous sentez comme moi concernés, pas besoin de spécifier de quoi l’on parle: d’activité physique, bien sûr! Autrefois, plus jeune, chacun cultivait la certitude que le sport resterait invariablement une hygiène de vie évidente. Mais ça, c’était avant. Parfois, avant cette dernière longue pause, il y a eu l’abonnement de fitness. Pendant quelques années lorsque tout va bien. Là aussi, parce que la salle a fermé, que l’on a déménagé ou changé ses horaires au travail, l’habitude s’est perdue. Et plus le temps passe, plus il s’avère compliqué de retrouver le rythme de deux séances de transpiration hebdomadaires.

Alors arrive fatalement l’interrogation: si je ne parviens pas à recommencer à bouger tout seul, pourquoi ne pas prendre un coach sportif? L'investissement est certes important. Au Fitnessparc de Malley, où nous nous sommes adressés, la leçon de soixante minutes coûte 110 francs. Mais il existe des forfaits dès 60 francs et des cours de trente minutes. Et il suffit de quelques séances pour comprendre que, pour qui dispose de peu de temps et cherche des résultats rapidement quantifiables, l’enjeu en vaut la chandelle.

Marie Grangier suit plus d’une dizaine de clients en coaching privé. De tous les âges, avec tous les objectifs, de la simple volonté de se sentir mieux dans son corps au désir de se remodeler la silhouette. Très présente dans la grande salle rénovée des «engins» de Malley depuis plusieurs années, cette professionnelle a vu passer des dizaines de clients arrêtant de s’entraîner seuls après une rapide chute de motivation. Ou trop de blessures et d’erreurs. «Le premier intérêt du personal training est un programme personnalisé de bout en bout. Qui commence par le premier entretien où je discute avec chaque personne pour connaître ses désirs, je vérifie où elle en est physiquement et si ses objectifs sont réalistes durant le laps de temps où elle désire s’entraîner avec moi. En sachant que deux fois par semaine reste un minimum.»

Ne pas renoncer à la première courbature

Ce rythme soutenu permet au coach d’adapter en permanence son programme – que des exercices, pas d’engins – mais aussi de motiver en permanence l’élève. Qui, en l’occurrence, ne s’attendait pas forcément à tant d’efforts. Ni de courbatures. Une fois qu’elle a jugé du «potentiel», Marie reste inflexible: si trois séries du petit circuit jambes-abdos-haut du corps sont prévues, il n’y en aura pas une de moins. L’idée est ici, grâce à ses conseils et ses encouragements, d’apprendre les bonnes postures pour ne pas s’esquinter et à se dépasser séance après séance. Son engagement: faire en sorte que j’atteigne mon but, qui ne consiste pas à retrouver mon enveloppe d’il y a un quart de siècle, mais à me sentir au mieux dans mon actuelle, ce qui passe par davantage de tonicité et quelques kilos en moins. Ma promesse: accepter de ne pas renoncer à la première courbature, rater aussi peu de rendez-vous que possible, essayer de s’entraîner une troisième fois seul et bouger le plus possible.

Au Fitnessparc de Malley, le programme PT peut comprendre les conseils d’une nutritionniste, mais d’ores et déjà Marie me rappelle quelques éléments de base: un bon petit-déjeuner sans excès de gras, un repas de midi équilibré et un repas du soir léger, avec davantage de fruits/légumes et protéines que de lipides et autres féculents. «Il ne s’agit pas de se mettre au régime, simplement de considérer qu’une alimentation équilibrée et pas trop riche participe forcément à la remise en forme.»

Texte: © Migros Magazine | Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Matthieu Rod