Archives
4 avril 2016

Un compositeur dans l’air du temps

Valentin Villard, organiste, chef de chœur et choriste, fait partie du trio qui composera la partition de la prochaine Fête des Vignerons.

Valentin Villard composera, avec deux autres collègues, la musique de la prochaine Fête des Vignerons.

Tout pour la musique

Valentin Villard. Son nom ne vous dit peut-être encore rien, mais vous n’allez pas tarder à le voir partout. Car il vient d’être désigné pour composer, avec deux collègues, la musique de la prochaine Fête des Vignerons en 2019. «J’ai été surpris, car je dois avouer que j’avais l’image de compositeurs d’âge assez mûr, s’amuse le musicien qui va fêter ses 31 ans. Mais je possède un lien fort avec cette fête, car mon grand-père était musicien de fanfare et écoutait très souvent les airs de celle de 77.» Pour mener à bien ce projet à six mains, le jeune compositeur pense se charger d’un certain nombre de tableaux qui, métissés à ceux de ses collaborateurs, créera une partition homogène.

Pour l’instant, il met la dernière main à un opéra destiné à célébrer les 80 ans du chœur d’enfants fribourgeois Les Marmousets. «Moi qui viens de la musique classique plutôt contemporaine, je suis en train de faire de la musique de cirque!» Valentin Villard annonce consacrer «environ 85%» de son temps à la composition, sa passion depuis l’enfance. Son style? «Entre la musique traditionnelle et contemporaine. J’ai la chance de pouvoir profiter d’une approche naturelle, avec des moyens techniques d’écriture de notre temps.» A son actif, déjà 77 compositions, «sans compter celles de jeunesse». Et ce n’est qu’un début…

Une journée avec Valentin Villard

9h00 La composition avant tout «Je consacre la plus grande partie de mes journées à l’écriture. En général, je travaille mes idées très longtemps à l’avance, et il me suffit de les transcrire alors sur le papier. Les gens croient souvent qu’une grande idée nous tombe tout à coup dessus, mais pas du tout: les compositeurs sont comme des artisans, qui élaguent jusqu’à ce que leur création sonne le plus juste possible.»

12h00 Bonne humeur «J’adore prendre le temps de me préparer un bon repas en écoutant Les Dicodeurs. C’est un rituel qui m’est précieux, car j’aime beaucoup rire, cela fait partie de ma personnalité.»

16h00 Une heure en suspens «Chaque jour, je me garde une petite heure seul pour jouer de l’orgue à La Roche, juste à côté de Pont-la-Ville, où j’habite. C’est un moment de respiration, nécessaire autant pour le bien-être qu’il m’apporte que pour l’enrichissement de mon répertoire.»

17h00 Suivi de composition «Les Marmousets donneront leur concert en juin. Ils alignent donc les répétitions actuellement, et je me rends régulièrement sur place pour un suivi de la composition.»

19h00 L’envers du décor «Je chante aussi dans l’ensemble des Vocalistes Romands. Si tous les compositeurs pouvaient avoir une expérience chorale, je suis sûr qu’ils n’écriraient ensuite plus la même chose. Car cela permet de prendre conscience de la respiration.»

20h00 Partage musical «Ma journée se termine généralement par une heure de direction du Chœur mixte de Massonnens. C’est un vrai partage entre la musicalité du groupe et ma propre musicalité, un point de rencontre pour aller dans une seule direction. Je suis un guide, et surtout pas un tyran!»

Texte © Migros Magazine – Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Laurent de Senarclens