Archives
26 novembre 2012

1, 2, 3... Soleil!

Isabelle Kottelat consacre sa chronique au soleil et à ses nombreux surnoms.

Soleil
Soleil

C’est sûr qu’il n’est pas crevé, le Père Thiébaud. Voilà qu’il se lève tard et se couche avec les poules. C’est de saison: l’automne arrivé, il nous lâche.

Le Père Thiébaud? Le soleil, pardi! Celui qui darde ses rayons pour nous éclairer et nous réchauffer en cumule de ses surnoms! Surprenants, rigolos, aussi variés que les régions, comme en atteste le Glossaire des patois de la Suisse romande.

Ecoutez plutôt: Thiébaud, c’est du côté du Jura et surtout de Neuchâtel où c’est un nom de famille bien connu. Plus à l’ouest, les Vaudois et les Genevois l’appellent ou l’appelaient Jean Rosset, Rossé ou Rousset. Tous des noms tirés du latin russus, roux, en parallèle évident avec la chevelure de l’astre brûlant. En Valais, c’est le pauvre Bartholomé ou Barthélemy qui est encore maudit les jours de pluie.

En France, les marins lui ont collé le sobriquet de Jean Bourguignon ou Bourguignon tout court. Qui s’est propagé de Paris au Poitou jusqu’en pays wallon, en Belgique. C’est devenu Borgognon à Neuchâtel. Et appelez votre fils Nicolas, ou mieux Colas dans sa forme abrégée, si vous voulez en faire un Apollon: c’est le nom que le soleil portait parfois aussi sur Genève. Il correspond à Colin dans le nord de la France.

Plus drôles et nettement plus inventifs que nos fades «astres du jour», les anciens ne se privaient pas d’expressions imagées, en patois, pour qualifier celui qui se lève à l’est: la grande lampe, à La Brévine (NE), le grand quinquet (qui signifie lampe aussi) à Villars-sous-Mont (FR), la grande étoile à Lourtier (VS) et la chandelle commune (c’est-à-dire qui brille pour tous) à Isérables (VS). Plus croquignolet: à Penthalaz (VD) on le surnommait «le père du mal vêtu», et «le museau rouge» à Riaz (FR). Plus fort encore, en France et au Québec, certains le saluaient sous le nom de Galarneau qui, littéralement, signifie pluie! Face à de si lumineuses appellations, remballons nos tièdes qualificatifs!

Auteur: Isabelle Kottelat