Archives
7 septembre 2015

Un écran pour bien apprendre

L’offre de logiciels et sites éducatifs s’est bien développée en Suisse romande. Leur approche décomplexée et ludique des principales matières scolaires séduit des milliers de familles et d’écoliers et aussi de plus en plus d’enseignants.

Un enfant derrière un écran d'ordinateur
Pour une fois, on ne pourra pas se plaindre que notre progéniture passe des heures derrière l'écran... (Photo: Gallery Stock/Valentina Loffredo)

L’heure de la rentrée a sonné. Et avec elle la corvée des devoirs, souvent aussi réjouissante pour les écoliers que pour leurs parents. Qui doivent se montrer attentifs à ce que leur enfant soit à jour sans pour autant trop lui mettre la pression. Un équilibre précaire pas toujours facile à trouver, surtout face aux sollicitations d’écrans toujours plus nombreux.

Heureusement, les devoirs surveillés, répétiteurs et autres coachs scolaires peuvent aider l’élève à s’y mettre et à trouver une bonne méthode d’apprentissage.

Depuis quelques années, une nouvelle offre complète ces ressources, et de plus en plus de familles mais aussi d’enseignants y recourent: des sites internet, des logiciels ou des applications pour tablettes à but éducatif basés sur le programme scolaire unifié de Suisse romande, le PER (Programme d’éducation Romand), et permettant aux jeunes davantage adeptes de la souris que du papier d’apprendre ou de répéter de manière moins rébarbative.

Parmi eux, biceps.ch, créé il y a huit ans par Martino Toscanelli, enseignant spécialisé dans le privé pour les enfants en échec scolaire dans le canton de Fribourg. Avant tout ciblé sur les familles, biceps.ch n’a d’autre ambition que de proposer «des outils de compréhension et d’entraînement» sous forme de cours vidéo, de fiches d’exercices et autres travaux interactifs.

En mathématiques, biceps.ch couvre tout le programme Harmos de la 3e à la 11e année, et pour le français, de la 5e à la 11e année. Il existe également des modules de géographie et, depuis récemment, sur le corps humain ainsi que des modules de vocabulaire de langues.

Un investissement relativement modique

Pour y accéder, il faut s’abonner pour Fr. 60.- par an à tout le contenu du site, qui fonctionne sur Mac ou PC, et dispose aussi d’une version adaptée à l’Ipad et aux tablettes. «La plupart des familles prennent une licence qui permet une connexion à la fois.»

Malgré quelque 7000 inscrits dans toute la Suisse romande et un taux de renouvellement (et donc de satisfaction) de plus de 70%, biceps.ch ne permet pas à Martino Toscanelli de dégager un salaire. En revanche, il a pu rembourser son investissement de départ et dispose d’un fonds d’investissement pour les développements forcément constants sur Internet. «Je travaille avec des graphistes pour la présentation et avec des informaticiens pour le fonctionnement en arrière-plan. Forcément, cela coûte cher. Pour le module sur le corps humain, par exemple, les illustrateurs ont dû tout détailler, cela prend beaucoup de temps.»

Dans le canton de Vaud, ce sont trois ingénieurs de l’EPFL qui ont créé le logiciel éducatif Wizbee via la start-up Wizzy Education Technologies (lien en anglais) en 2010.

Nos parents respectifs travaillent dans l’enseignement, du coup, cette problématique nous concerne depuis toujours,

explique Jean-Philippe Pellet.

1200 familles et 7000 écoliers romands, sans compter la licence prise par le canton de Neuchâtel pour les mathématiques et la dactylographie pour les années Harmos 5 à 8, font confiance à ces modules correspondant chacun à une branche (langues et mathématiques, mais aussi géographie), se prêtant à un enseignement via l’informatique et par classes d’âge. Les prix s’échelonnent de Fr. 29.- pour un module à Fr. 89.-pour l’accès à tout le contenu (et à toute la famille puisqu’il n’existe pas ici de limitation à une seule connexion.

L’équipe de Wizbee a beaucoup œuvré avec des professeurs pour coller au plus près de la matière enseignée. Visant un maximum de simplicité, notamment à l’intention des personnes pas forcément à l’aise avec l’outil informatique, le logiciel s’avère très simple d’emploi et fonctionne même sans connexion internet.

L’idée est à la fois d’inciter les enfants à utiliser leur quota d’heures écran pour réviser et de renforcer l’intérêt de l’ordinateur dans la classe, où pour l’instant l’offre est très hétéroclite et sans véritable suivi personnalisé.»

A noter la présence d’une autre plate-forme éducative romande du côté de Genève. Sous le nom de ziboo.ch, une équipe d’enseignants a développé plus de 50’000 exercices dans les principales branches scolaires (français, allemand, anglais, mathématiques et géographie) sous une forme simple et attrayante, avec également un outil de suivi des révisions poussé. Il est possible de s’y abonner pour la somme de Fr. 10.- par mois ou de Fr. 100.- par an.

Texte © Migros Magazine – Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey