Archives
2 avril 2013

Un petit-déjeuner toujours plus bio

Migros ne cesse d’étoffer son assortiment Bio et propose désormais, en grande première, des flocons d’avoine suisse Bio produits dans un moulin spécialisé argovien.

avoine bio
Quinze exploitations certifiées bio des cantons d’Argovie et de Schaffhouse livrent toutefois leur avoine à Villmergen.
Dans la salle des commandes, Philipp Jucker, chef de production, prouve que la production d’avoine Bio n’a rien d’aisé.
Dans la salle des commandes, Philipp Jucker, chef de production, prouve que la production d’avoine Bio n’a rien d’aisé.

Le sol tremble sous nos pieds, comme si un séisme venait d’éclater. Ces vibrations accompagnées d’un bruit sourd indiquent en fait que les machines tournent à plein régime dans la halle de production du moulin Meyerhans à Villmergen (AG). (site en allemand)

A dire vrai, ce grondement n’a rien d’exceptionnel pour un moulin. Pourtant, cette entreprise est unique en son genre. Spécialisée depuis nonante ans dans la transformation de l’avoine, elle produit désormais également des flocons d’avoine suisse Bio, disponibles dans les magasins Migros depuis janvier. Le distributeur est le seul à proposer cette spécialité, dont le processus de fabrication est étonnamment complexe.

Les meuniers font preuve d’un grand savoir-faire

Dans le poste de commande du moulin, le chef de production Philipp Jucker désigne une grande table dotée d’innombrables boutons lumineux. «Je peux enclencher depuis ici toutes les machines qui interviennent dans la transformation de l’avoine Bio, indique le spécialiste. Plusieurs étapes sont nécessaires pour élaborer les flocons d’avoine du petit-déjeuner.

Le chef des ventes Daniel Villiger contrôle que l’avoine brute est bien triée et lavée.
Le chef des ventes Daniel Villiger contrôle que l’avoine brute est bien triée et lavée.

Différents appareils filtrent et nettoient d’abord les grains en les débarrassant de leur enveloppe non comestible. Une vapeur bouillante leur ôte ensuite leur goût amer d’origine. Puis le grain est enfin fendu et laminé pour être transformé en menus flocons.

Les parties qui sont éliminées au cours de ce processus de raffinement ne sont pour autant pas jetées. Au contraire, elles sont recyclées comme fourrage ou comme combustible qui servira à chauffer l’eau du moulin.

Il faut encore préciser que l’avoine provenant de cultures certifiées bio ne doit jamais entrer en contact avec les céréales produites de manière conventionnelle. Si les machines sont nettoyées avant chaque passage de grains bio, une précaution supplémentaire est prise: les cinq cents premiers kilos de flocons Bio sont écartés du lot – au cas où quelques résidus d’autre provenance seraient restés dans les rouages.

La transformation de l’avoine est-elle entièrement automatisée grâce à cet équipement sophistiqué? «Pas du tout, répond Philipp Jucker, dont le père et le grand-père étaient déjà meuniers. L’avoine est une substance vivante, dont la qualité varie. C’est pourquoi nous devons toujours réajuster les machines; cela rend le travail plus intéressant.»

L’avoine Bio est conditionnée sur place avant d’être livrée dans les 
magasins Migros.
L’avoine Bio est conditionnée sur place avant d’être livrée dans les 
magasins Migros.

Enfin, si la production est une gageure, il est encore plus difficile d’assurer l’approvisionnement d’avoine suisse Bio. En effet, celle-ci n’a pas un rendement très élevé, et beaucoup de paysans préfèrent cultiver d’autres céréales.

Quinze exploitations certifiées bio des cantons d’Argovie et de Schaffhouse livrent toutefois leur avoine à Villmergen. «Le partenariat avec Migros est très important pour eux comme pour nous, relève Daniel Villiger, chef des ventes du moulin Meyerhans. Migros offre un débouché fiable. Cet aspect nous a encouragés à nous lancer dans la production de flocons d’avoine Bio.»

Les agriculteurs bio se présentent dans les magasins Migros

Les flocons d’avoine sont l’un des nombreux produits Bio proposés dans les magasins Migros. «L’assortiment comprend actuellement plus de mille articles différents, indique Renato Isella, responsable du label auprès de la Fédération des coopératives Migros. Et nous étoffons continuellement la gamme Bio. Cinquante nouvelles références s’y sont ajoutées rien que l’an passé.» Ce développement s’effectue en étroite collaboration avec Bio Suisse, la Fédération des entreprises agricoles biologiques suisses (lire l’encadré).

Notons encore que des agriculteurs bio seront présents dans soixante magasins Migros pour répondre aux questions des clients. Différents produits Bio seront également proposés à la dégustation – gruyère, camembert, yogourt à la fraise et diverses spécialités locales. Car savourer d’authentiques mets Bio est souvent tout aussi instructif que de longs discours.

«Le partenariat avec Migros est très important.»

Daniel Villiger

Auteur: Michael West

Photographe: Til Forrer