Archives
6 juin 2016

Un piqué de Vespa

Johannes Hummel voue un véritable culte aux scooters de collection sortis des usines Piaggio. Au point de transformer l’ancienne laiterie de Mézières (FR) en un lieu (magasin, espace d’exposition, café…) entièrement dédié à ces deux-roues mythiques.

Johannes Hummel voue une véritable passion à la belle Italienne.

Un air d’Italie

Pour Johannes Hummel, tout a commencé par un sauvetage, celui de la Vespa 125 Super de son oncle, qui était destinée à la casse. C’était en 1982. Il en confie la restauration à un carrossier italien, s’amuse à monter et démonter le moteur avec l’aide d’un pote mécanicien et finit par se prendre au jeu... «C’est devenu une passion qui s’est peu à peu muée en une profession», résume-t-il.

En 2011, le président et fondateur du Vespa Club Romandie quitte son emploi de transitaire dans une boîte d’import-export pour lancer sa propre entreprise de vente de pièces détachées neuves et d’occasion (il en a accumulées des milliers au fil du temps) ainsi que de scooters de collection. «De la marque Piaggio», précise cet esthète.

Aujourd’hui, alors que la «guêpe» (vespa en italien) fête ses 70 ans, lui achève gentiment la métamorphose de l’ancienne laiterie de Mézières (FR) en un lieu exclusivement consacré aux deux-roues qu’il vénère. Avec magasin («Il devrait ouvrir cette année!»), musée de poche, atelier de réparation-restauration et petit café pour la nécessaire touche de «dolce vita».

Une journée avec Johannes Hummel

8 h 00 Colis postaux

«Comme tous les passionnés, mes clients sont impatients, ils ne peuvent pas attendre… Du coup, à moins que je ne sois en voyage en France ou en Italie, je me rends pratiquement chaque jour à la poste pour honorer leurs commandes.»

10 h 00 Attention, travaux!

«Cet espace dédié à la Vespa, il faut qu’il vive, qu’il ait une âme. Je ne veux pas que ce soit juste un magasin comme les autres, mais plutôt un lieu convivial où l’on se rencontre entre mordus, où l’on échange des pièces détachées et aussi des anecdotes et des expériences.»

12 h 00 Pause midi

«La famille, c’est très important pour moi C’est une des raisons d’ailleurs qui m’a poussé à me mettre à mon compte. Parce que j’ai envie de consacrer du temps à mes enfants, de les voir grandir.»

14 h 00 Une pièce rare

«Ce modèle très, très rare date de 1947, je l’ai vendu à un collectionneur qui est aussi mon ami. C’est l’une des toutes premières Vespa à avoir roulé en Suisse. Elle vient d’être restaurée en Italie dans les règles de l’art, c’est-à-dire conservée dans son jus avec cabots et patine.»

15 h 00 Chasse au trésor

«Le sous-sol de mon magasin est une véritable caverne d’Ali Baba dans laquelle sont stockées quelque 2000 pièces détachées d’époque. Aujourd’hui, par exemple, j’ai réussi à mettre la main sur un carter de 1948 que cherchait justement mon ami collectionneur.»

22 h 00 Retour magasin

«Mon moteur, c’est la passion! J’aime ce que je fais, je ne compte pas mes heures. Si un jour, je venais à avoir de la peine à me lever pour aller travailler, eh bien, je pense que j’arrêterais, que je ferais autre chose…»

Texte: © Migros Magazine / Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Matthieu Spohn