Archives
11 février 2013

Un poisson savoureux et durable

Très apprécié, le pangasius existe désormais en qualité bio à Migros. Il est issu d’un élevage exemplaire au Vietnam.

Vue sur un étang du Mekong (photo: LDD)
Le pangasius Bio est élevé dans de vastes étangs du delta du Mékong. (Photo: LDD)

Le pangasius est apprécié de tous, y compris de ceux qui ne raffolent pas du poisson. Il est vrai que cette espèce à la chair blanche et ferme présente une saveur peu prononcée. Du coup, il est utilisé aux quatre coins du monde pour préparer une grande diversité de plats, allant des simples en-cas aux mets les plus sophistiqués.

Ce chouchou des ventes est aujourd’hui disponible en qualité bio au rayon des surgelés Migros (en emballage de 300 g). Le poisson provient d’un élevage situé dans le delta du Mékong, au Vietnam. Il s’agit d’une structure pionnière – on n’en compte que deux au monde actuellement – que Migros, grâce à son savoir-faire, a largement contribué à mettre en place.

Les poissons sont nourris avec des aliments d’origine végétale

Un poisson pangaisus. Photo: LDD
Un poisson pangaisus. Photo: LDD

Dans les étangs, les pangasius sont traités dans le respect de l’espèce et de l’environnement, et disposent de suffisamment d’espace. Ainsi, la densité d’occupation ne peut dépasser 10 kg de poissons pour 1000 litres d’eau.

L’importance du poisson d’élevage à travers le monde ne cesse de croître. «Ce mode de production peut permettre de lutter contre la surpêche, explique Corina Gyssler, responsable des questions de consommation au service presse du WWF Suisse. A condition toutefois que les espèces soient nourries avec le moins d’aliments à base de variétés sauvages possible.»

L’élevage de pangasius Bio au Vietnam se conforme à cette règle: le recours aux farines de poisson est strictement limité, et l’alimentation est essentiellement constituée de végétaux issus de l’agriculture biologique. Quant aux sédiments produits par l’élevage, plutôt que d’être rejetés dans le fleuve, ils sont utilisés comme engrais naturel par une exploitation cultivant à proximité du site des fruits et légumes.

Les filets surgelés sont transportés par bateau en Europe

Les éleveurs attachent également une grande importance aux conditions d’abattage, celui-ci devant se dérouler dans un climat aussi serein que possible. Une fois les poissons retirés de l’étang, un bateau spécial est chargé de les acheminer jusqu’au lieu de transformation. Au cours de ce transfert, ces derniers continuent de nager dans le Mékong puisque l’eau du fleuve passe à travers la coque de l’embarcation. Evidemment, ils sont étourdis avant d’être abattus.

Les quelque cinq cents personnes employées dans l’usine de transformation, construite en 2012, sont chargées de découper les poissons, qui pèsent chacun 600 à 700 grammes. Les filets sont ensuite surgelés individuellement, conditionnés dans le respect des règles d’hygiène, puis transportés vers l’Europe par la mer.

Au final, les filets de pangasius Bio, à la fois juteux et fermes, sont tout simplement délicieux. Et peuvent être savourés la conscience légère.

Auteur: Michael West