Archives
27 avril 2015

Un rapace bien de chez nous

Lorsque la buse variable survole les champs, les souris prennent aussitôt la poudre d’escampette: si cet oiseau de proie les attrape, il n’en fera qu’une bouchée.

Un buse tenant dans son bec un petit rongeur afin de nourrir ses petits
Durant leurs deux premiers mois de vie, les oisillons sont nourris par leurs parents.

Lève la tête: tu ne tarderas pas à voir une buse variable décrire des cercles dans le ciel. Cet animal est un rapace, c’est-à-dire un oiseau carnivore. Les souris constituent son repas favori, mais il se nourrit également de rats, de grenouilles, de lézards et de charognes.

La Suisse compte 40 000 à 50 000 buses variables, qui nichent dans la forêt ou dans des arbres proches de champs ou de prairies. Leur
période de couvaison s’étend de mars à juin. Les œufs éclosent au bout de 35 jours, et le nid abrite jusqu’à trois petits.

Le cri de la buse variable ressemble à un miaulement. Particulièrement doué pour voler, cet oiseau qui peut vivre jusqu’à 28 ans s’entraîne beaucoup pour devenir encore meilleur.

La buse variable est un migrateur partiel: une partie de ses congénères reste en Suisse en hiver plutôt que de se déplacer dans les chaudes contrées du sud. Aussi, de nombreuses buses d’Europe du Nord viennent passer la saison froide chez nous.

Texte © Migros Magazine – Andrej Abplanalp

Auteur: Andrej Abplanalp

Photographe: Bunterhund (illustration)