Archives
4 avril 2016

Un univers bien à lui

Grand gagnant du concours Demotape Clinic récompensant les talents émergents, le producteur neuchâtelois d’électro FlexFab se produira à Lausanne et Zurich dans le cadre du festival M4music du Pour-cent culturel Migros.

FlexFab
FlexFab, ici dans son jardin de Colombier (NE), a développé un style musical et un visuel qui plaisent de plus en plus.

Entourée d’un grand parc qui a subi récemment les assauts d’une tempête, la vieille maison de maître sur les hauts de Colombier (NE) semble abandonnée. Elle ne l’est pas. C’est là, entre ses murs aux tapisseries fanées, que vit et travaille FlexFab, le compositeur électro et beatmaker dont tout le monde parle aujourd’hui. Ici, le grand salon du vieux manoir sert parfois de lieu de tournage à des vidéos réalisées avec trois bouts de ficelle – ce qui n’a pas empêché leur auteur de rafler un prix du meilleur clip au nez et à la barbe de Stress et de son budget bien plus important – et l’une des chambres hautes a été transformée en studio. Là, des centaines de vinyles, source d’inspiration pour de nouveaux morceaux, sont rangés à même le sol. Et au mur ont été accrochés les deux trophées de la Demotape Clinic reçus l’an passé. «J’ai gagné le prix du meilleur morceau Electro et le prix de la meilleure démo de l’année, toutes catégories confondues», se souvient FlexFab, fier que son travail soit reconnu par des professionnels.

La particularité de cette compétition réside dans le fait que les titres sont commentés par un jury en direct devant un public. «Ils ont trouvé que ma musique était actuelle mais différente de ce qui se faisait», explique FlexFab qui en était à sa troisième participation.

Lors de son premier passage, en 2012, une membre du jury avait par contre trouvé son titre trop déstructuré. «C’était une critique, mais je l’ai prise comme un compliment, car c’est ce que je cherche à faire. Cela m’a incité à travailler encore plus dans ce sens.» Il en ressort aujourd’hui une électro complexe et riche où parfois jusqu’à soixante pistes de sons se superposent.

Sortant des carcans habituels, les titres de FlexFab donnent aussi bien une grande place aux basses lourdes qu’aux ajouts légers que peuvent être un cri d’oiseau ou un élément repris des musiques traditionnelles orientales ou africaines qu’affectionne le Neuchâtelois.

A ces compositions s’ajoute un visuel tout particulier. «J’aime beaucoup les grands drapés, que j’utilise donc naturellement aussi pour mes clips. Et sur scène, j’ai développé avec le collectif Supermafia un jeu de lumières et de drapeaux pour amener une dimension supplémentaire à mes sets.»

Le tout plaît de plus en plus. «L’une de mes vidéos qui a été mise en ligne sur un channel américain de Youtube a déjà été vue 500 000 fois. Les réseaux sociaux permettent vraiment aujourd’hui de se faire connaître où que l’on se trouve.»

Pour son nouveau mini-album baptisé Loas, un terme faisant référence aux rites vaudous, FlexFab a travaillé les percussions (qu’il a étudiées au conservatoire). But du jeu: tenter en quelques minutes de placer l’auditeur en état de transe. C’est sûr, FlexFab n’a pas fini de nous subjuguer. 

Le meilleur du moment

La 19e édition du festival de musique pop M4music du Pour-cent culturel Migros se déroulera du 14 au 16 avril 2016 à Lausanne et à Zurich. Après une ouverture le jeudi sur les bords du Léman avec des showcases dans les studios de Couleur 3, M4music se transportera dès vendredi sur les bords de la Limmat pour deux nuits de concerts avec notamment les shows de Kyla La Grange, The Vaccines, Brian Fallon & The Crowes, Kadebostany et FlexFab.

Outre ces concerts qui dresseront un vaste panorama du meilleur de la création internationale actuelle, M4music proposera aussi le grand concours de jeunes talents Demotape Clinic, des conférences sur l’évolution du monde musical, la remise du prix du Best Swiss Video Clip et une foule de concerts gratuits en plein air dans le plus tendance des quartiers zurichois: Züri-West.

Programme complet et billetterie: www.m4music.ch

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: Mathieu Spohn