Archives
20 juin 2016

Un verre qui sait bien se tenir

«Faire faire des loopings à un verre d’eau? Décidément, ça ne tourne pas rond dans la tête de nos savants.»

Dorian en train de faire faire un looping au verre d'eau posé sur une planche.
Le verre effectue des loopings sans perdre une seule goutte d’eau.

Roi de la bricole, Dorian a toujours tout ce qu’il faut sous la main. Pour cette expérience: une planche en bois de 15 à 20 cm de côté, deux longs bouts de ficelle et un verre en plastique rempli à moitié d’eau.

Il passe ensuite les extrémités des bouts de ficelle dans les trous (ceux-ci se situent aux quatre coins de la planche) qu’aura préalablement percés un adulte. Plus qu’à faire de solides nœuds et voilà!

Notre expert saisit les brins de ficelle et les noue ensemble comme sur la photo. Son dispositif ressemble à une balançoire sur laquelle il pose le verre d’eau. Il se rend ensuite dans le jardin pour la suite des opérations…

Dorian la Fronde commence par gentiment balancer la planche avant de lui faire faire plusieurs tours complets. Le verre effectue des loopings comme un as de la guerre 14-18, sans perdre une seule goutte d’eau.

Le phénomène

Pourquoi le verre d’eau ne se renverse-t-il pas? Parce que la force centrifuge est avec lui? Non, car cette force n’existe pas! En fait, le verre et son contenu veulent s’échapper en permanence du manège pour suivre une trajectoire tangente au looping.

D’ailleurs, si la ficelle se rompait, le gobelet partirait en ligne droite. Mais la planche l’en empêche en exerçant une force sur lui qui le ramène à chaque instant à l’intérieur du cercle. Bon, il faut que ce drôle de manège tourne assez vite, sinon la gravité l’emportera et le verre d’eau choira.

Texte: © Migros Magazine | Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Mathieu Bernard-Reymond