Archives
22 juin 2015

Une aide caritative efficace

Avec son action de Noël, Migros a reversé en janvier 2,4 millions de francs à Caritas, à l’Entraide protestante suisse (EPER), à Pro Juventute et au Secours d’hiver. Une somme utilisée à bon escient.

Mentorat
Grâce au mentorat de l’EPER, les migrants qualifiés retrouvent plus facilement un travail (photo: Laurent de Senarclens).

A la fin de l’automne dernier, vingt-trois personnalités suisses s’étaient donné rendez-vous dans la station de Verbier pour tourner un court métrage. C’est là, dans une cabane typique de la région, qu’est né le clip vidéo d’«Ensemble», la jolie chanson de Noël de Migros, que les artistes avaient déjà eu l’occasion de chanter une fois. Des célébrités comme Gilbert Gress, le légendaire entraîneur de football, le sympathique duo Carrousel ou encore la talentueuse Angie Ott étaient notamment de la partie. En décembre, le titre a commencé à cartonner au hit-parade suisse, au point de devenir – en un temps record! – double disque de platine.

Cette chanson de Noël s’inscrivait dans le cadre de la collecte de l’avent de Migros. Chaque fois qu’elle était téléchargée, une petite somme était versée dans la corbeille de dons. Les clients Migros pouvaient aussi participer d’une autre façon à l’action, par exemple en achetant dans les supermarchés Migros des coupons permettant de faire un don. Avant fin décembre, la somme de 1 033 922 francs a pu ainsi être réunie, montant que Migros décida de gonfler à 2,4 millions de francs.

Le montant a été réparti à parts égales entre quatre œuvres d’entraide: Caritas, l’ l’Entraide protestante suisse, Pro Juventute et le Secours d’hiver. L’objectif déclaré de cette action de Noël était d’encourager certains projets d’entraide en Suisse. Pour une fois, elle ciblait plus précisément les adultes et les enfants dans le besoin, qui, même dans un pays riche comme la Suisse, sont nombreux. Il s’agissait par exemple d’aider des familles qui ne pouvaient pas s’offrir de vacances, voire qui n’avaient même pas un vrai lit pour dormir.

En plein été, personne ne pense vraiment aux chansons et à la neige. Mais l’argent versé aux œuvres d’entraide continue d’avoir des effets positifs: chaque franc versé permet de diminuer la misère dans notre pays, comme en témoignent les responsables des quatre associations.

Entraide protestante suisse: aide à l’entraide

«En Suisse romande, les dons permettent de financer le projet Mentorat Emploi Migration. Dans ce cadre-là, les immigrés bénéficiant d’une bonne formation professionnelle sont suivis par des mentors locaux ayant suivi plus ou moins le même parcours qu’eux. Ces derniers les soutiennent et conseillent pour qu’ils décrochent un emploi adapté.

Grâce au don reçu, l’EPER a pu aussi venir en aide aux chômeurs de longue durée et aux personnes tributaires de l’aide sociale. Dans quatre villes et communes du canton de Zurich, nous leur proposons une structure de jour et leur ouvrons de nouvelles perspectives professionnelles. Dans le cadre du projet L’EPER roule, ils sont appelés à travailler dans la location de vélos ou dans un service de livraison de marchandises à domicile. A Bâle, nous avons pu développer un projet de formation des immigrés et des réfugiés qui se trouvent depuis longtemps en Suisse. Ces derniers reçoivent une formation d’interprètes et d’intermédiaires interculturels.»

Secours d’hiver: pour que tout le monde dorme bien

Cette famille a reçu un nouveau lit solide, une aide bienvenue (photo: DR).
Cette famille a reçu un nouveau lit solide, une aide bienvenue (photo: DR).

«Les dons ont été affectés à notre Action lits. Début 2015, nous avons ainsi pu fournir des matelas, des couvertures et des oreillers à plus de cinquante habitants défavorisés d’un même quartier, dont la literie avait été infectée par des parasites. Cet argent nous a par ailleurs permis de nous montrer plus généreux dans certains cas particuliers et, après examen approfondi de la situation, de mettre par exemple à disposition des lits et de la literie dont le prix dépassait le montant maximal que nous avions prévu. Nous l’avons notamment fait pour une maman de quatre enfants victime de violence conjugale, qui s’est retrouvée du jour au lendemain sans ressources. Les lits et la literie pour les cinq nous ont coûté 2717 francs. Les personnes dans le besoin ne pouvant souvent même pas se payer le transport, nous nous chargeons de la livraison des meubles jusqu’à la porte de la maison. Concrètement, je peux vous dire que, comparativement à l’année dernière, le Secours d’hiver a pu investir au moins 30% de plus dans son Action lits. La demande pour cette forme d’entraide est en constante augmentation. Grâce aux dons, de nombreuses personnes défavorisées dorment mieux qu’avant.»

Pro Juventute: ne oreille attentive

Les enfants et ados désespérés peuvent appeler 24 h sur 24 le 147 (photo: DR).
Les enfants et ados désespérés peuvent appeler 24 h sur 24 le 147 (photo: DR).

«Le 147, numéro d’urgence de Pro Juventute, est une sorte de bouée de sauvetage pour les enfants et les adolescents en proie au désespoir: 24 h sur 24, ils peuvent s’adresser à nos septante conseillers professionnels, par téléphone mais aussi par e-mail, SMS, chat et internet. Chaque entretien de conseil occasionnant 15 francs de frais à notre organisation, les dons nous permettront d’en financer des milliers et donc de sauver des vies. Il faut en effet savoir que notre numéro d’urgence reçoit plus de deux appels par jour de la part d’enfants et d’adolescents ayant des tendances suicidaires. Nombre d’entre eux le font en raison de crises personnelles, de harcèlement ou de problèmes familiaux ou financiers. L’argent récolté contribue également à financer d’autres projets de Pro Juventute, notamment l’organisation de vacances pour les familles défavorisées à l’hôtel Chesa Spuondas, à Saint-Moritz (GR).»

Caritas: des magasins contre la pauvreté

Les familles dans le besoin peuvent acheter des denrées à des prix très bas dans les épiceries Caritas (photo: Urs Siegenthaler)
Les familles dans le besoin peuvent acheter des denrées à des prix très bas dans les épiceries Caritas (photo: Urs Siegenthaler).

«Nous avons réussi à encourager la création dans le canton de Vaud d’une épicerie Caritas, où les familles pauvres peuvent trouver des produits de première nécessité à des prix fortement réduits. L’automne prochain, nous allons organiser dans les vingt-quatre marchés Caritas une semaine de sensibilisation sur l’importance de la nutrition. Dans ce cadre, des fruits et légumes seront notamment proposés. Une partie substantielle des dons sera par ailleurs affectée à notre projet CarteCulture en Suisse, qui permet à des personnes dans le besoin de bénéficier de nombreuses offres culturelles et de formation à des prix préférentiels. Notre objectif est d’atteindre le cap des 100 000 bénéficiaires, soit deux fois plus qu’aujourd’hui. L’action de Migros contribue ainsi à l’intégration des familles pauvres.

Enfin, dans le cadre du projet Schulstart+ (en allemand), nous proposons un encadrement aux enfants d’immigrés et à leurs parents afin qu’ils prennent plus rapidement leurs repères dans notre système scolaire. Nous mettons sur pied des cours et proposons des mesures d’accompagnement que nous pourrons étendre et intensifier grâce aux dons. Nous sommes actuellement présents dans les cantons de Fribourg, Zurich et Argovie et souhaitons étendre notre action à ceux de Saint-Gall ou encore de Genève.»

Texte © Migros Magazine – Michael West