Archives
3 décembre 2012

Une bibliothèque montée sur roulettes

Enseignante, Carole Caillet a la passion des livres, mais seulement s’ils sont rédigés en anglais. Des ouvrages qu’elle entend désormais partager, en les louant, livraison à domicile comprise.

Carole Caillet
Enseignante, Carole Caillet a la phobie de la lecture... en français.
logo
logo

Carole Caillet déteste lire. Elle pourtant qui exerce la profession d’enseignante au primaire. Qu’on se rassure, sa phobie de la lecture se limite au français. De mauvais souvenirs scolaires font que devant un texte rédigé dans la langue de Molière, elle pense aussitôt aux questions qu’on pourrait lui poser. «J’ai été dégoûtée au collège, quand on est obligé de lire certains livres.»

Longtemps, la jeune femme aura été du genre à fuir tout qui pouvait ressembler à un livre. Jusqu’à ce que sa sœur lui prête des ouvrages en anglais. Et là miracle: plus trace du syndrome scolaire. C’est l’époque aussi où Carole se lance dans un tour du monde: «Dans ces circonstances, les livres qu’on peut trouver sont surtout en anglais.»

De grands voyages pendant les vacances scolaires

La manie donc était prise, et le goût retrouvé, aussi, de la lecture. Et cela a continué. Son métier lui permet d’arpenter chaque année un coin du monde, Chine, puis l’Afrique. A force, les bouquins s’accumulent. Elle finit par trouver bien dommage, ces livres qui sommeillent dans sa bibliothèque.

L’idée de «Books on wheels» était née. Autrement dit: la «première bibliothèque anglophone sur roulettes de Suisse»: «Je livre mes bouquins à gauche et à droite, en scooter, à travers Lausanne et sa région», 1 franc par ouvrage et les gens peuvent garder le livre «aussi longtemps qu’ils veulent: je vais le rechercher une fois qu’ils l’ont terminé».

Romans, polars, livres pour enfants, il y a de tout dans la bibliothèque en ligne de Carole. La location ne s’adresse pas qu’aux gens habitant la région lausannoise mais aussi, bien sûr, à ceux qui y travaillent la journée.


Quand elle lit se livre, Carole Caillet a l'impression d'être en Afrique.
Quand elle lit se livre, Carole Caillet a l'impression d'être en Afrique.

Un livre

«The No. 1 Ladies’ Detective Agency» d’Alexander McCall Smith. Les aventures d’une mama africaine, Mme Ramotswe, qui ouvre une agence de détective privé au Botswana. Quand je le lis, j’ai l’impression d’être là-bas.



«Flocon le lapin»
«Flocon le lapin»

Un animal

«Flocon le lapin». Sept ans que nous l’avons. Ma sœur me l’a offert pour Noël. Il a vu mon fils arriver. Il est très gentil, presque protecteur, à ma grande surprise, avec Dimitri. J’avais peur qu’il ne l’accepte pas.



La passion du thé.
La passion du thé.

Une boisson

Mes boîtes de thé. Rooibos sud-africains, thés verts, thés noirs, tout dépend du moment de la journée. Mon préféré est un thé épicé au poivre et à l’orange.



Des ratons-laveurs en pâte à modeler.
Des ratons-laveurs en pâte à modeler.

Un bricolage

J’aime beaucoup bricoler. J’ai confectionné ces trois ratons-laveurs en pâte à modeler pour les mettre sur la pièce montée de notre mariage.



Le parc national des Arches dans l’Utah.
Le parc national des Arches dans l’Utah.

Un lieu

Le parc national des Arches dans l’Utah. C’est sous cette arche-là, appelée «Delicate Arch», que mon futur mari m’a demandée en mariage.

Auteur: Laurent Nicolet

Photographe: Laurent de Senarclens