Archives
12 décembre 2016

Une bouffée d’oxygène

Gerhard Fischer s’occupe à domicile de sa femme atteinte de démence. Mais grâce à l’aide de Pro Senectute, que Migros soutient avec sa campagne de dons, cet ancien enseignant peut souffler un peu de temps en temps.

Pro Juventute
Doris Ottinger de Pro Juventute (au centre) égaie la vie de Vreni Fischer, qui souffre de démence, et soulage le quotidien de Gerhard, son mari (photo: Stephan Bösch).

Le vieil appartement que Gerhard Fischer, 85 ans, occupe avec sa femme Vreni, 83 ans, à Rorschach (SG) est clair et accueillant. Tandis que Gerhard prépare le goûter, son épouse regarde dans le vague. «Ce n’est pas agréable», déclare-t-elle brusquement. «On ne sait jamais quand elle va dire quelque chose», explique son mari. Pendant ce bref moment de présence, il lui caresse la tête en lui murmurant des mots tendres.

Vreni Fischer souffre de démence. Les premiers signes sont apparus il y a trois ans et, depuis, elle a perdu son indépendance. Si elle peut continuer à vivre chez elle, c’est uniquement parce que Gerhard s’occupe d’elle et fait le ménage, les courses, la cuisine…

«Vreni a pris soin de moi toute sa vie, confie-t-il. Aujourd’hui, je lui rends la pareille.» Les trois filles des Fischer soutiennent leurs parents comme elles le peuvent, et une organisation de soins à domicile leur rend visite tous les jours. Le couple bénéficie également de l’assistance de Doris Ottinger, une auxiliaire de vie de
Pro Senectute, qui vient s’occuper de Vreni pendant quelques heures, une ou deux fois par semaine.
Sa présence offre quelques rares moments de détente à Gerhard.

Ce programme d’aide ciblée pour les proches des personnes atteintes de démence est soutenu par Migros à travers sa campagne de dons (lire encadré).

Autrefois, Gerhard et Vreni Fischer étaient des retraités actifs; ils voyageaient beaucoup. «Mais autour du 80e anniversaire de Vreni, j’ai commencé à remarquer certains changements chez elle, raconte Gerhard. Elle se montrait craintive et de plus en plus éteinte.»

Les nuits sont devenues pénibles, Vreni ayant tendance à faire des chutes. Afin de soulager Gerhard, la famille a fini par prendre une décision difficile: placer la malade en EMS. Mais elle ne s’y est pas sentie bien. Si bien qu’en juin 2015, Gerhard a tenu à la ramener chez eux.

«Depuis, on mène de nouveau la belle vie», glisse-t-il. C’est lorsque Vreni est rentrée à leur domicile que les visites de Doris Ottinger ont commencé.

Une aide sur plusieurs années

Les personnes âgées qui ont besoin d’être soutenues peuvent contacter Pro Senectute. Cependant, nombre d’entre elles ont du mal à demander de l’aide et à accepter la main qu’on leur tend. C’est pourquoi un entretien avec les intéressés permet d’identifier précisément le type d’assistance nécessaire et souhaité. Les auxiliaires de vie sont souvent des mères de famille expérimentées, qui désirent s’impliquer dans le domaine social et recherchent une activité leur offrant une certaine flexibilité. Elles suivent une formation continue via des cours dispensés par l’organisation et sont sélectionnées avec soin. Cela est d’autant plus important qu’elles sont amenées à se rendre chez les mêmes clients. Très souvent, l’aide à domicile dure des années.

Doris Ottinger a rejoint les rangs de Pro Senectute il y a près de vingt ans. Après avoir suivi plusieurs cours de formation continue, elle s’est spécialisée dans la prise en charge des personnes souffrant de démence. Lorsqu’elle est avec Vreni Fischer, elle l’emmène se promener ou lui montre des cartes de Memory représentant des aliments. Parfois, les images éveillent des souvenirs chez celle qui était autrefois professeur de cuisine. Et comme Vreni dort beaucoup, Doris a aussi le temps d’effectuer des tâches ménagères.

«L’aide de Doris est très précieuse», insiste Gerhard Fischer. Elle lui offre en effet la possibilité de sortir de chez lui sans mauvaise conscience et de se consacrer à ses activités, notamment au sein de l’association de seniors locale. «C’est important pour moi, et cela me permet de faire le plein d’énergie pour continuer à prendre soin de ma Vreni.»

En savoir plus: www.prosenectute.ch


En Savoir plus

Sur la collaboration entre Migros et Pro Senectute pour lutter contre la pauvreté.

Auteur: Beat Matter

Photographe: Stephan Bösch