Archives
27 mai 2013

Une classe en mouvement

Pour lutter contre le surpoids, qui touche un enfant sur cinq en Suisse, Migros soutient Muuvit, un programme d’enseignement visant à développer l’exercice physique chez les écoliers.

Des écoliers en train de courir sur un terrain de sport
En pratiquant une activité physique, les écoliers collectionnent 
des kilomètres pour leur prochain voyage virtuel.
La classe de Stephan Tüscher a décidé de partir virtuellement pour Londres.
La classe de Stephan Tüscher a décidé de partir virtuellement pour Londres.

Lundi matin, école primaire de Deitingen (SO). A 8 heures précises, les élèves de cinquième année de Stephan Tüscher entrent dans la classe dans un vacarme infernal. La cloche sonne. Silence.

Mais à peine les enfants ont-ils salué l’instituteur qu’ils quittent à nouveau la salle. Quelques instants plus tard, les vingt garnements, en tenue de sport, jouent à chat perché dans la cour. Pendant vingt minutes, ils courent dans tous les sens en riant et en poussant des cris avant de retourner en classe.

Depuis deux semaines, Stephan Tüscher participe au programme Muuvit avec ses élèves. D’un naturel sportif, l’enseignant a déjà de l’expérience en matière de promotion de l’exercice physique: «Nous nous sommes d’abord associés au projet Bike to School, qui m’a permis de découvrir Muuvit.»

Le programme destiné aux classes d’écoles primaires a pour but d’inciter les enfants à se dépenser davantage à travers des activités ludiques. Développé en Finlande, Muuvit a été lancé en Suisse l’an dernier grâce à une collaboration avec Migros. Cette dernière a en effet promis, dans le cadre de  Génération M, de sensibiliser plus de 10 000 classes au plaisir de bouger d’ici à 2015.

Dix minutes d’efforts donnent déjà droit à une récompense

Avec Muuvit, les enfants collectionnent des kilomètres virtuels en faisant de l’exercice. Chaque tranche de dix minutes d’activité physique (danse, jeux de balle, jardinage, etc.) leur permet de tracer, sur leur carte d’aventure, une croix valant un kilomètre. A noter que celle-ci peut être collectée pendant le temps libre, sur le chemin de l’école, en cours de gymnastique, etc.

Luca, 11 ans: «J’apprécie de pouvoir choisir la discipline que je veux.»
Luca, 11 ans: «J’apprécie de pouvoir choisir la discipline que je veux.»

En classe, les élèves de Stephan Tü­scher mettent ensuite en commun toutes les distances parcourues. Ces dernières leur permettent d’entreprendre un voyage virtuel pédagogique.

En deux semaines, la classe a déjà parcouru 5000 kilomètres. Après Séville, ils doivent à présent choisir leur prochaine destination: une nette majorité vote pour Londres. Dans les prochains jours, chacun d’entre eux contribuera au cumul des kilomètres qui les séparent encore de la capitale britannique.

Federica, 11 ans, promet de faire plus de rollers.
Federica, 11 ans, promet de faire plus de rollers.

Federica Pierandrei, 11 ans, trouve la nouvelle destination «super cool». Son groupe favori, One Republic, est originaire de Londres. Elle chaussera donc ses rollers plus souvent que d’habitude pour collecter davantage de points. Luca Galli, 11 ans, fera quant à lui la chasse aux kilomètres sur son waveboard. «Ce que j’apprécie le plus dans le projet, c’est de pouvoir choisir la discipline que je veux», explique-t-il. De son côté, Nils Kofmel, 11 ans, habitué à pratiquer diverses activités physiques, accumule les croix avec une facilité déconcertante. «Mais c’est encore plus amusant quand il y a une récompense», confie-t-il sans détour.

Un objectif commun pour plus de motivation

Muuvit est soutenu par la Société suisse de nutrition (SSN), le WWF et Migros. Pour sa part, le magazine Cuisine de Saison a élaboré, en partenariat avec la SSN, des recettes qui permettront aux jeunes voyageurs de se familiariser avec la gastronomie des villes visitées, et le WWF a créé une route de l’environnement qui peut être choisie comme itinéraire.

Nils, 11 ans: «Le sport, c’est encore plus amusant quand il y a une récompense.»
Nils, 11 ans: «Le sport, c’est encore plus amusant quand il y a une récompense.»

Un coup d’œil aux statistiques suffit à justifier l’existence d’un programme tel que Muuvit: en Suisse, près d’un enfant sur cinq est en surpoids. «Muuvit est la preuve que l’exercice physique au quotidien est non seulement sain, mais aussi ludique», soutient Natalie Estermann, cheffe de projet Sponsoring à la Fédérations des coopératives Migros.

Et visiblement, le concept marche: «Les enfants prennent du plaisir à participer à Muuvit. Ils ont envie d’atteindre ensemble leur destination. Même les élèves les moins dynamiques jouent le jeu», se réjouit Stephan Tüscher.