Archives
19 août 2013

VW Jetta Hybrid: une jolie surprise

La nouvelle VW cache bien son jeu: une petite cylindrée pour une faible consommation... mais un sacré punch sous le capot.

VW Jetta Hybrid
La nouvelle VW Jetta Hybrid
Leïla Rölli, chroniqueuse automobile.

Cette semaine c’est à bord de la nouvelle VW Jetta Hybrid que j’ai effectué le test de la semaine. Partant de Neuchâtel pour me rendre à La Tour-de-Trême, près de Bulle, j’ai eu tout loisir de tester un des moteurs les plus modernes au monde. Allez savoir pourquoi, à chaque fois que j’essaie de me rendre dans la région bulloise, je découvre de nouveaux endroits. Apparemment, il y a une multitude de routes pour y arriver et chaque GPS semble avoir son propre avis sur la question. Cette fois, le tracé passait par Morat et Düdingen.

Que ce soit sur autoroutes, petits chemins de campagne ou routes forestières, la nouvelle Jetta Hybrid m’a surprise en bien. Au vu de ses dimensions, je m’attendais à devoir ramer lorsque la pente se ferait plus forte ou qu’il faudrait réaliser un dépassement sur une courte distance. Étonnamment, la Jetta s’est montrée bien plus dynamique qu’espéré. Je redouble toujours de prudence lorsqu’il faut effectuer un dépassement sur une route cantonale, d’autant plus lorsque la visibilité n’est pas optimale. Avec la Jetta, pas de problème. Son système hybride développe assez de puissance (170 ch) pour que les dépassements soient sûrs. Et avec le nombre de tracteurs derrière lesquels je me suis retrouvée coincée sur le trajet, c’était une vraie bénédiction que de pouvoir les doubler sans crainte.

Agréable, réactive, spacieuse, elle a tout pour elle. Si je ne suis pas convaincue par la forme des berlines en règle générale, je dois avouer que la Jetta présente plutôt bien. Seule ombre au tableau, son coffre très peu pratique. Avec sa hauteur de moins de 35 cm, difficile d’y enfourner autre chose que des paniers de courses. Ayant à transporter un ficus d’1,5 mètre, ma seule solution fut de coucher le siège passager avant et d’y coucher ma plante pour ne pas en abîmer le branchage.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

L’habitacle

L’intérieur regorge de rangements de série.

Les sièges sont hautement confortables, la place est généreuse à l’avant comme à l’arrière, l’ambiance feutrée agréable et la luminosité appréciable. Très bien insonorisé, l’intérieur regorge de rangements de série, comme porte-gobelets à l’avant, porte-bouteilles dans les portières ou une boîte à gants réfrigérée.

Le coffre

Banquette rabattue, on arrive tout de même à plus de 188 cm de longueur de chargement.

Ce n’est clairement pas l’atout de ce véhicule. D’un volume de 374 l il n’offre que 35 cm de hauteur pour 106 cm de profondeur, faute à la coupe berline. Les sièges se rabattent depuis le coffre grâce à d’astucieuses tirettes. Banquette rabattue, on arrive tout de même à plus de 188 cm de longueur de chargement.

Le tableau de bord

Le tableau de bord: très ordonné et très carré.

Sobre, peut-être un peu trop, le tableau de bord en plastique anthracite mat et cuir (volant, pommeau de vitesses et frein à main) est réveillé par quelques touches de chrome çà et là. Très ordonné, très carré, il a l’avantage d’être intuitif et lisible.

Indicateurs d’énergie

Sur l’écran de système de radionavigation et derrière le volant, plusieurs indicateurs permettent d’accéder à toutes les informations de conduite spécifiques hybrides.

Sur l’écran de système de radionavigation et derrière le volant, plusieurs indicateurs permettent d’accéder à toutes les informations de conduite spécifiques hybrides. On connaît instantanément l’état de charge de la batterie et les conséquences du mode de conduite sur la réserve d’énergie.

Le moteur essence

Petite cylindrée (1395 cm3), faible consommation (4,1 l mixte) mais quel punch! Le moteur délivre un couple de 250 Nm dès 1400 tr/min et, assisté par un moteur électrique de 27 ch, il passe de 0 à 80 km/h en 6,2 secondes. En plus d’être hautement performant et peu gourmand, il est également incroyablement silencieux.

Auteur: Leïla Rölli