Archives
26 mai 2015

Une maligne petite grenouille

Pas facile d’observer ce petit batracien tendance caméléon, tantôt brun, tantôt vert. Cette faculté ne le protège hélas pas de ses ennemis, parmi lesquels la grenouille rieuse, qui n’a en vérité rien d’une marrante.

Illustration d'une grnouille émergeant à la surface d'une mare.
Les grenouilles ne se marrent pas tout le temps...

Pour repérer une petite grenouille verte, il faut ouvrir grand les yeux car la femelle mesure 7 cm et le mâle 5,5 cm au maximum. Ce batracien s’adapte parfaitement à son environnement: au printemps, il prend une couleur brunâtre comme le fond des mares où il vit. Quand la nature verdit, la petite grenouille aussi. C’est la raison pour laquelle on ne la remarque pas sur la terre ferme.

Chœur printanier

Au printemps, quand la température dépasse 20 °C, les mâles se lancent dans un concert de coassements (écouter divers cris d'amphibiens) se rassemblant parfois en grands groupes. C’est ainsi qu’ils attirent les femelles, et la période d’accouplement peut alors commencer.

Lorsque les mâles chantent, la membrane élastique de leur cavité buccale se met à gonfler, laissant apparaître, de part et d’autre de leur tête, deux sacs vocaux, semblables à des bulles de chewing-gum. Ceux-ci amplifient le son émis. Les femelles en étant dépourvues, leur volume sonore demeure très faible.

La petite grenouille verte apprécie les eaux stagnantes: mares, étangs, petits lacs. Elle aime se hisser sur des nénuphars au soleil ou patauger sur la rive. Les jours de canicule, elle préfère l’ombre.

Alimentation

Les grenouilles se nourrissent d’insectes, de vers de terre, de limaces ou de petits amphibiens. Parfois, elles se régalent d’escargots, avec la coquille!

Auteur: Claudia Langenegger

Photographe: Arthur Tiutenko (illustration)