Archives
10 octobre 2016

Une sorcière toute douce

Entre doudou d’Halloween et décoration aérienne, la sorcière de Valérie Coquoz-Purro, couturière et enseignante à l’Ecole-club Migros de Fribourg, est littéralement sculptée dans la laine.

Valérie Coquoz-Purro tient fièrement la sorcière en feutre qu'elle vient de créer
Cette sorcière fort sympathique viendra s’immiscer à pas feutrés parmi votre décor d’Halloween.

Pour ce travail de la laine feutrée, pas besoin d’eau et de savon, explique Valérie Coquoz-Purro, il s’agit plutôt de donner une structure à la laine.»

En effet, le travail se fait à l’aide d’une aiguille à feutrer qui permet, grâce à sa surface particulière, de stabiliser les brins de laine entre eux comme si c’était une couture. Le frottement de la laine entre les paumes chauffe les fibres et favorise lui aussi le lissage et le maintien de l’ouvrage.

Ici, la spécialiste a pourvu sa sorcière d’un balai et d’un jupon plissé et dentelé. La figurine peut être individualisée à volonté avec des boutons, des chutes de tissu ou une autre coiffure, le tout maintenu par quelques coups d’aiguille à feutrer.

Au milieu du grand cure-pipe, faire la tête avec une boucle.
Au milieu du grand cure-pipe, faire la tête avec une boucle.

Au milieu du grand cure-pipe, faire la tête avec une boucle où on peut glisser deux doigts. Plier les deux extrémités contre la boucle et enrouler chaque bout, ce seront les bras. Ajouter le cure-pipe plus court pour le corps en nouant ses deux extrémités autour du cou.

Travail mis sur l'éponge
Travailler sur une éponge ou un tapis à feutrer.

Faire un nœud au milieu d’un brin de laine de couleur chair d’environ 25 cm. L’insérer dans la tête et enrouler les extrémités autour de la structure. Sur l’éponge, piquer régulièrement la laine en va-et-vient pendant une dizaine de minutes pour former une boule ferme.

Travail du torse.
Travail du torse.

Prendre un morceau de laine nude d’environ 15 cm de long et l’enrouler en croix autour du torse. Feutrer de manière à ce que le morceau tienne bien, en modelant un cou plus fin.

Travail d'un  bras.
Continuer avec les bras.

Séparer en deux dans la longueur un morceau de laine chair de 25 cm de long. Enrouler une des extrémités au bout du bras. Pincer le bout du cure-pipe et enrouler le reste de la laine autour des deux parties pour la main et remonter avec le reste pour le bras. Serrer un peu pour bien faire tenir la laine. La frotter légèrement entre ses paumes pour la rendre lisse. Faire de même avec l’autre bras. Prendre ensuite un morceau de laine noire de 26 cm de long environ et l’élargir en séparant légèrement les fibres sans faire de trou.

Préparation de l'ouverture pour la tête.
Répéter en raccourcissant les bras.

Répéter avec un brin de laine violette plus court puis avec un brin de laine framboise encore plus court. Superposer les brins: noir, violet puis framboise. Faire un trou au centre de toutes les couches.

Glisser la tête dans le trou.
Glisser la tête dans le trou.

Y glisser la tête de la poupée dedans.

Application du ruban de satin.
Resserrer la tunique à la taille avec le ruban de satin.

Resserrer la tunique à la taille avec le ruban de satin et le nouer à l’arrière. Sur les côtés de la robe, légèrement juxtaposer une couleur sur l’autre et faire une sorte de «couture feutrée» en piquant à travers les deux épaisseurs avec l’aiguille.

Piquer aussi un peu partout dans la robe.
Piquer aussi un peu partout dans la robe pour la faire bien tenir.

Piquer aussi un peu partout dans la robe, en arrangeant bien la laine pour que la forme soit jolie. Fixer également la robe sous les bras et marquer les limites entre les couleurs sur les manches de quelques coups d’aiguille.

La robe terminée.
Terminer la robe en tresse.

Séparer le bas de la robe en trois parties égales, les tresser sans trop serrer, en tortillant un peu la pointe.

La sorcière avec sa chevelure.
Puis faire la chevelure de la sorcière.

Prendre environ 20 cm de laine grise, en écarter un peu les fibres, la placer sur la tête et feutrer régulièrement en dessinant ainsi une raie sur le côté. Finir par une tresse pas trop serrée et orientée dans le sens qu’on désire.

Texte: © Migros Magazine | Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Loan Nguyen