Archives
2 mars 2015

Une tomate et une cacahuète qui jouent au sous-marin

Cette expérience est vraiment faite pour étancher notre soif de connaissance.

L'enfant regarde la tomate flotter au-dessus du sirop
Quentin devant le matériel nécessaire.
Notre barman en herbe.

Dans cet épisode, les enfants se muent en barman en herbe. Il vaudrait donc mieux qu’un adulte les chaperonne afin d’éviter qu’ils n’ingèrent le cocktail alcoolisé qu’ils s’apprêtent à préparer. Enfin, c’est vous qui voyez!

Quentin en train de verser l'huile dans le verre
Attention à ne pas verser à côté!

Maintenant, il s’agit de se concentrer comme Quentin qui verse précautionneusement deux doigts de chaque liquide dans un verre à soda. En respectant à la lettre cet ordre: eau, sirop (pas allégé), huile et enfin alcool à brûler.

Quentin en train de remuer doucement le verre.
Bien mélanger en douceur.

Si cela est fait sans précipitation et avec délicatesse – c’est le minimum que l’on puisse exiger d’un bon barman! –, les différents liquides se mélangeant mal devraient s’empiler les uns sur les autres. Comme sur l’image.

Après, ça devient plus rigolo! On lâche une tomate cerise dans le verre. Elle coule tout tranquillement pour venir – ô surprise! – flotter sur le sirop. On recommence avec une cacahuète qui, elle, se pose sur l’eau…

Le phénomène

Dans la nature, tous les objets n’ont pas la même masse pour le même volume. Ainsi, si l’on prend la même quantité d’eau et de sirop, eh bien, c’est le sirop – plus dense – qui pèsera le plus lourd.

Dans cette expérience, les liquides s’empilent donc les uns sur les autres en fonction de leur densité (voilà pourquoi le sirop se trouve au-dessous de l’eau). Pour les objets solides, c’est pareil! La tomate cerise, qui contient essentiellement de l’eau, flotte sur le sirop. Et la cacahuète, composée de beaucoup de matière grasse, sur l’eau. Logique, non?

Texte: © Migros Magazine | Alain Portner

Auteur: Alain Portner, Alain Portner

Photographe: Mathieu Bernard-Reymond