Archives
1 décembre 2014

Une traçabilité optimale

Les produits carnés vendus à Migros sont soumis à des contrôles stricts afin d’en assurer la traçabilité de la ferme au magasin. Albert Baumann, directeur de Micarna, nous en dit plus à ce sujet.

Poulet suisse Optigal
Le poulet suisse Optigal de Migros: un gage de qualité et de saveur. (Photo: Cuisine de Saison)

Albert Baumann, en ce moment, on entend beaucoup parler de cette entreprise grisonne qui a fait scandale en commercialisant de la viande sous de fausses déclarations. Les clients de Migros ont-ils des raisons de s’inquiéter?

Non, ils peuvent consommer la viande Migros en toute sérénité. Notre assortiment ne compte aucun article provenant de la société incriminée. Micarna , l’entreprise de transformation de viande de la M-Industrie , achète plus de 90% de ses produits carnés à des paysans suisses. Or la viande helvétique est strictement contrôlée par les autorités. Et nous allons encore plus loin en faisant appel à des inspecteurs indépendants pour procéder à des examens complémentaires.

Quels sont les critères étudiés dans le cadre de ces contrôles?

Il s’agit notamment de vérifier que le type de viande, la date d’abattage et l’origine sont corrects. Mais il est aussi essentiel pour nous de suivre de près le processus de production de nos produits, de la ferme à l’entreprise de transformation. C’est le seul moyen d’obtenir une vue d’ensemble constante de la chaîne de création de valeur.

Nous maîtrisons toute la chaîne de production

Albert Baumann est directeur du groupe Micarna. (Photo: DR)
Albert Baumann est directeur du groupe Micarna. (Photo: DR)

Pouvez-vous nous donner un exemple concret?

Pour produire notre viande de poulet suisse Optigal, nous exploitons en Valais un parc réservé aux poules reproductrices. Les œufs qui y sont fécondés prennent la direction d’un couvoir situé dans le canton de Fribourg, puis les poussins sont envoyés dans des exploitations d’engraissement sous contrat. Ces dernières sont des entreprises familiales suisses de petite taille. Enfin, les bêtes sont abattues et transformées par Micarna, à Courtepin (FR). Nous pouvons même mentionner sur l’emballage le nom de l’exploitation dont la viande est issue. La transparence est absolue.

Micarna peut-elle encore accroître la proportion de viande helvétique dans son assortiment?

Pour certaines variétés, notamment le porc, la quasi-totalité des articles sont produits dans notre pays. En ce qui concerne le poulet, nous recherchons actuellement de nouvelles exploitations d’engraissement en Suisse orientale afin d’améliorer ce ratio, qui est pour l’instant de 80%.

Auteur: Michael West