Archives
7 avril 2015

Une vie à tire-d’aile

Bricoleur et passionné de grand ciel, Olivier Reymond fabrique des cerfs-volants originaux au visuel personnalisé. Comme des visages qui habillent l’azur. Retour sur le rêve d’Icare à Pully (VD).

Olivier Reymond en train de faire voler un cerf-volant de sa création
Une journée avec Olivier Reymond.
Olivier Reymond en train de prendre son petit-déjeuner en compagnie de sa femme.
7 h 00: Complicité

7 h 00: Complicité
«Même retraité, je reste un romantique. Je continue à me lever le matin en même temps que ma femme, qui part travailler. C’est un moment important pour moi.»

Olivier Reymond concentré sur ses livres de cours d'espagnol
8 h 00: Se habla español

8 h 00: Se habla español
«J’ai commencé à apprendre l’espagnol! J’aime bien bosser pour moi, à mon rythme, tout en suivant un cours à l’Ecole-club. L’espagnol donne des résultats rapidement. Et je me fais plaisir avec la grammaire!»

Olivier Reymond pose sur le terrain de pétanque
10 h 00: Tu tires ou tu pointes?

10 h 00: Tu tires ou tu pointes?
«Depuis trois ans, je m’entraîne à la pétanque. Je fais partie du club officiel de Lutry La Conversion. J’y vais deux fois par semaine et participe avec plaisir aux compétitions.»

12 h 00: Au labo

12 h 00: Au labo
«J’aime retourner au laboratoire de la Protection des eaux à Epalinges, où je travaillais. J’y retrouve mes anciens collègues, mon successeur. Je regarde si on a trouvé de nouvelles bestioles, comment se portent les rivières… Du pur plaisir!»

Plusieurs bandes dessinées empilées au sol, dont celle de Derib, "Jo".
14 h 00: A la recherche d’un visage

14 h 00: A la recherche d’un visage
«Pour illustrer mes cerfs-volants, je puise mon inspiration partout: affiches de rue, publicités et surtout bandes dessinées. Je regarde les couvertures, je feuillette et quand je trouve un visage expressif, je me lance. Si le personnage est féminin, il faut que je tombe un peu amoureux, qu’il y ait du sex appeal.»

Olivier Reymond
15 h 00: Le choix des couleurs

15 h 00: Le choix des couleurs
«Une fois que j’ai trouvé le dessin qui me parle, j’en fais un calque pour l’imprimeur. Il me le tire à taille réelle, soit un mètre sur trois. Et puis, je prépare l’étoffe, je découpe la toile de spi, j’assemble les couleurs au scotch avant de les coudre à la machine. Il me faut environ un mois pour terminer un cerf-volant.»

17 h 00: Envol

«Avant de les tester, j’épingle les cerfs-volants dans ma chambre à coucher. Et ensuite, quand il fait beau et que le vent est régulier, je vais les faire voler en plein ciel. C’est l’examen oral! Je regarde la lumière à travers la toile et c’est là que je réalise enfin l’effet qu’ils produisent dans l’azur.»

Texte © Migros Magazine – Patricia Brambilla

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: Christophe Chammartin