Archives
23 janvier 2012

Une vie de saltimbanque

A 26 ans, Julien Maillard reprend la direction du cirque Helvetia, fondé par son père en 1975. Pour rien au monde le jeune Vaudois n’abandonnerait ce milieu nomade et familial.

Julien Maillard devant le rideau de scène
Julien Maillard: «Le cirque, c’est toute ma vie, mon boulot, ma passion. J’y baigne depuis que je suis né. Je ne me vois pas faire autre chose.»

Chez les Maillard, le cirque – et plus précisément le cirque Helvetia – c’est une histoire de famille. Profession du père: magicien. Profession de la mère: trapéziste. Autant dire que leurs deux fistons ont été initiés dès le plus jeune âge aux arts de la piste. Et lorsque le patriarche a décidé de prendre sa retraite, c’est tout naturellement qu’il a remis les rênes de l’entreprise à son aîné, Julien.

Sa première décision en tant que directeur? Planter le chapiteau durant trois semaines dans une station de montagne: de quoi combler les familles après une journée de ski. Rendez-vous dès le 17 février à Gryon (VD) pour ce coup d’essai.

En dépit de ses nouvelles responsabilités, Julien Maillard n’abandonnera pas son art de prédilection: la jonglerie. Une discipline pour laquelle il a opté à l’âge de 15 ans. La Suisse ne disposant pas d’école professionnelle, c’est à Paris, en Hongrie et à Bruxelles qu’il a fait ses classes.

Une carrière en dehors du cirque? Il n’y a jamais vraiment songé. Il se serait éventuellement vu cascadeur... Mais non, le cirque, c’est sa passion, son métier. D’ailleurs, la vie de nomade lui manquerait trop. «Après les quatre mois d’interruption en hiver, je n’ai qu’une envie: repartir. En tournée, on pose constamment ses bagages dans un lieu différent. Chaque semaine, on change de jardin.» Et c’est encore dans sa caravane qu’il dort le mieux: «En appartement, j’ai toujours trop chaud.»

Sur le Net: www.cirque-helvetia.ch

En quelques mots...

Julien Maillard en train de jongler.
Julien Maillard en train de jongler.

Une discipline
«Je jongle avec toutes sortes d’objets: des balles, des cerceaux, des torches en feu. Dans le spectacle actuel, j’utilise des massues. La technique ne change pas trop, il faut juste compter le nombre de tours...»

L'intérieur de la caravane.
L'intérieur de la caravane.

Un lieu de vie
«Avec mon amie, nous vivons à l’année dans notre caravane. Elle est plus grande qu’un camping-car traditionnel et nous y trouvons tout ce dont nous avons besoin.»

Une scène du film "Gladiator" (photo: ED, Keystone/KPA).
Une scène du film "Gladiator" (photo: ED, Keystone/KPA).

Un hobby
«J’adore le cinéma. Mais comme je n’ai pas trop le temps d’y aller, je regarde surtout des DVDs dans ma caravane, le soir, après les représentations. J’aime les films d’action et en particulier «Gladiator.»

Trampoline dans l'arène du cirque Helvetia
Trampoline dans l'arène du cirque Helvetia

Un défouloir
«Même si ma discipline principale reste le jonglage, j’aime bien aussi le trampoline: ça défoule!»

Samui, Thailande. (Photo: Istockphoto)
Samui, Thailande. (Photo: Istockphoto)

Un pays
«A 17 ans, je suis tombé amoureux de la Thaïlande lors d’un voyage en famille. Depuis j’y suis souvent retourné.»

Plat au curry. (Photo: Istockphoto)
Plat au curry. (Photo: Istockphoto)

Un plat«La cuisine asiatique me plaît beaucoup. Mon plat préféré? Le poulet au curry vert. J’adore la nourriture très épicée.»

Caramel
Caramel

Un animal
«Ma chienne «Caramel» est croisée labrador, berger allemand. En fait, c’est surtout mon amie qui voulait un chien: je n’étais pas sûr d’être en mesure d’assumer cette responsabilité supplémentaire. Mais en voyant les bébés, j’ai craqué...»

Auteur: Tania Araman

Photographe: Catherine Leutenegger