Archives
15 septembre 2014

Une vie pour apprendre

Pour rester compétitif sur le marché du travail, le passage par la formation continue est souvent inévitable. A cette fin, l’Ecole-club Migros propose de nombreux cursus amenant, par exemple, à un brevet fédéral. Deux anciens élèves témoignent.

Angela Schorner
Angela Schorner dirige une équipe chez Swisscom. Elle a suivi une formation de spécialiste de la conduite d’un groupe (avec brevet fédéral) pour rester compétitive.

Difficile de faire l’impasse sur la formation continue lorsque l’on souhaite rester à niveau sur un marché du travail toujours plus concurrentiel ou si l’on veut tout simplement élargir ses compétences. Pour répondre à ce besoin, l’offre de l’Ecole-club Migros s’avère incroyablement diversifiée. Depuis plusieurs décennies, dans la jungle des cursus existants, cet organisme se distingue par ses prestations d’un excellent rapport qualité-prix.

Au fil des années, l’esprit de l’Ecole-club Migros est resté fidèle à la philosophie de Gottlieb Duttweiler, fondateur de l’enseigne. Aujourd’hui comme hier, l’organisation rend la formation accessible à tous, comme le constate sa directrice Andrea Ming dans l’interview qu’elle a accordée à Migros Magazine (lire ci-contre).

C’est par ailleurs aussi ce que confirment deux anciens élèves de l’Ecole-club: l’un et l’autre ont tiré un bénéfice concret de cette expérience qui leur a permis de décrocher un diplôme fédéral.

Angela: Schorner: «Le principe de l’Ecole-club m’a toujours plu»

Il y a quatre ans, Angela Schorner, âgée aujourd’hui de 52 ans, s’est subitement demandé ce qu’elle ferait si elle était licenciée. Cette professionnelle aguerrie n’avait pas de réel motif d’inquiétude: très expérimentée, elle occupait depuis près de vingt ans un poste de cadre supérieur et dirigeait des équipes pouvant compter jusqu’à soixante personnes.

Mais elle ne pouvait se départir d’une légère angoisse: «Je n’ai pas fini mes études et, sans diplôme, il est difficile de retrouver un poste au même niveau qu’actuellement.» C’est ainsi qu’elle a décidé de suivre une formation de spécialiste de la conduite d’un groupe à l’Ecole-club Migros de Zurich, située à quelques arrêts de tram seulement de son lieu de travail à Swisscom.

Au bout de quatre semestres de cours menés parallèlement à sa carrière, cette électrotechnicienne de formation a finalement réussi l’examen complémentaire qui lui a permis d’obtenir le certificat fédéral. Quelles sont les raisons qui ont poussé la manager à choisir l’Ecole-club? «Le principe m’a toujours plu: un très bon rapport qualité-prix qui rend la formation accessible à tous.»

A l’époque, cependant, Angela Schorner s’est heurtée à l’incompréhension de certains de ses proches, qui doutaient de la pertinence d’une telle initiative pour une femme de son âge. Aujourd’hui, elle se félicite d’avoir osé franchir le pas: «L’Ecole-club Migros apporte une vraie plus-value. On peut poser toutes les questions que l’on veut. De plus, les professeurs savent de quoi ils parlent: ce sont des professionnels qui pratiquent la matière qu’ils enseignent.»

Daniel Abächerli: «Le cursus était parfaitement adapté»

«Au terme de la première année d’activités, je me suis rendu compte que j’allais devoir m’adapter pour assurer le succès de mon entreprise», se souvient Daniel Abächerli.

Daniel Abächerli a suivi la formation d’informaticien de gestion dispensée par l’Ecole-club Migros pour assurer un avenir à son entreprise.
Daniel Abächerli a suivi la formation d’informaticien de gestion dispensée par l’Ecole-club Migros pour assurer un avenir à son entreprise.

Après avoir longtemps dirigé une équipe d’environ soixante employés en tant que responsable dans le secteur de la distribution de livres, le quinquagénaire s’est installé à son compte en 2008. Il manquait toutefois de compétences en matière d’organisation, de planification et de réalisation de projets informatiques, et souffrait de lacunes dans le domaine des technologies de l’information.

Lorsqu’un ami lui a parlé de l’Ecole-club Migros, il a été conquis: «J’ai pu choisir le jour et l’heure qui me convenaient le mieux.» De fait, impossible de suivre une formation de gestion informatique en cours du soir sans un minimum de flexibilité.

Aujourd’hui, l’ancien élève, à présent détenteur d’un diplôme fédéral, évoque avec plaisir ce cours: «C’était extrêmement stimulant de pouvoir appliquer tout de suite la théorie dans mon travail.» Daniel Abächerli recommanderait volontiers l’Ecole-club Migros. «Mais il est essentiel de veiller à sélectionner le parcours le mieux adapté à son objectif. Dans mon cas, le cursus était presque taillé sur mesure.»