Archives
27 octobre 2014

Valott, créateur sans contrainte

Caricaturiste, dessinateur de presse désormais pour «24 heures», Jaques Vallotton s’amuse des symboles suisses.

Valott devant sa bibliothèque
Lire est l'activité favorite de Valott lorsque ses enfants sont au lit.

Il y a eu l’aventure du «Matin», pendant quinze ans entre 1985 et 2000. Désormais, c’est dans l’édition du week-end de «24 heures» que Jaques Vallotton dit Valott régale les lecteurs.

Je suis plutôt bavard, pourtant je préfère les images fortes, les objets muets qui font ressentir, qui réinventent, plutôt que l’anecdote ou l’explicatif.»

Originaire de la vallée de Joux (sa mère est une Piguet, alors que son père est de Vallorbe, comme le peintre) où il est revenu en famille il y a trois ans, il vit au Brésil entre 6 et 12 ans. A son retour, ni l’école ni la contrainte ne lui réussissant, il dévore le journal «MAD», (lien en anglais) vénère Franquin et Martial Leiter, se découvre lui-même le crayon talentueux.

En 1985, ses caricatures «Swiss Monsters» font un malheur. Tout comme sa petite vache Mumu Cow, née en 1999, déclinée à ce jour en quelque 5 millions d’objets à travers le monde. Ou encore ses t-shirts Born2B et leur désormais fameux «chaque être humain est un spermatozoïde qui a réussi». Son désir incessant de triturer les symboles de la suissitude a aussi donné les logos Swiss Touch et, tout récemment, l’album «Nainconnu» et «The swiss Game», un puzzle de dix-neuf pièces blanches typiquement de chez nous formant…une croix, bien entendu.

Une journée avec Valott

6 h 30: mon carburant
«L’heure du lever de la famille et du café du matin. Je ne prends jamais de petit-déjeuner, mais j’aime bien préparer celui des enfants.»

Valott en train de boire son café.
Le petit-déjeuner est un moment privilégié et partagé en famille.

8 h 30: mon espace
«Mes premiers pas dans mon atelier. Je l’ai aménagé dans un ancien garage, juste à côté de la maison. Je ne me savais pas si bricoleur, mais j’ai posé le parquet, tiré l’électricité. Et si tout va bien, il y aura bientôt un fourneau.»

Valott entre dans son atelier.
L'aménagement de son atelier a révélé à Valott des talents cachés...

11 h 00: ma petite entreprise
«La petite entreprise gérant le merchandising de Mumu Cow et de Swiss Touch étant ici, je reçois régulièrement des échantillons qu’il faut valider.»

Valott tient une tasse illustrée par lui-même.
Les Mumu Cow ont eu un énorme succès qui perdure.

12 h 15: à table!
«Mon épouse, sculptrice, ayant aussi son atelier ici, les repas de midi sont pris en famille. A part le vendredi, où je gamberge sur le dessin pour «24 heures» du lendemain, c’est souvent moi qui vais chercher l’aîné à l’école.»

La famille en train de manger dans une ambiance détendue.
Um moment convivial en famille

13 h 30: à l’œuvre
«Le dessin dans «24 heures» du samedi représente beaucoup de travail, entre les premières idées griffonnées, les croquis à la main et la finalisation sur ordinateur.»

Gros plan sur une caricature que Valott est en train de dessiner.
Même avec un bon coup de crayon, dessiner une caricature demande du travail.

16 h: à l’air
«On est ici depuis trois ans et au début le jardin ne ressemblait pas du tout à ça. Comme tous les garçons, mes fils adorent y jouer et c’est chouette de partager cela avec eux.»

Valott pousse ses enfants sur une balançoire.
Les enfants profitent de leur papa et de l'air frais!

21 h 00: mes bouquins
«J’ai des milliers de livres, à l’atelier, à la maison, et d’autres encore dans des cartons. Je ne lis plus trop de BD, mais beaucoup d’autres choses, et c’est mon activité favorite lorsque les enfants sont au lit.»

Texte: © Migros Magazine - Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey