Archives
14 novembre 2016

Vélo électrique: les plus et les moins

Le test de notre Stromer de prêt se poursuit et les trajets s’enchaînent avec désormais une météo nettement moins avenante. Maintenant que l’engin n’a plus guère de secret pour nous, on se permet d’en souligner les (nombreuses) qualités mais aussi les (quelques) défauts.

Le Stromer.

Les qualités

Esthétique:

Le Stromer est sans doute le seul vélo électrique capable de susciter l’admiration des proches comme des passants. Le camouflage des câbles et des suspensions, la ligne générale au design moderne et élégant, le soin des détails le transforment en bicyclette au superlatif. Les trois tailles de cadre permettent à chaque morphologie de se sentir à l’aise en selle.

Tableau de bord tactile:

En plus d’être très pratique, cet écran tactile situé sur le haut du cadre – qui affiche vitesse, kilomètres parcourus, état de charge de la batterie, etc. – donne un petit côté geek et futuriste au Stromer. Il permet aussi de bloquer le vélo à distance grâce au GPS intégré: un plus pour la sécurité face à la crainte du vol toujours élevée dans le cas d’un engin d’un tel prix.

Moteur dans la roue arrière:

Contrairement à beaucoup de concurrents, la marque suisse a choisi d’installer son moteur dans le moyeu arrière. Bien aidé par la très puissante batterie, il permet très facilement d’atteindre les 40 km/h. De quoi vous faire avancer à bon rythme et vous extraire avec vivacité du trafic.

Batterie et autonomie:

La possibilité de recharger en ôtant l’imposante batterie d’un simple geste, ou de placer la prise (magnétique) du chargeur directement sur le cadre est un vrai avantage au quotidien. D’autant que cette dernière retrouve plutôt rapidement sa capacité maximale. Comme espéré, l’autonomie d’au moins 80 kilomètres en terrain accidenté et avec une aide électrique entre moyen et maximum range le Stromer parmi les plus aptes à la pendularité.

Les défauts

Amortissement:

Une petite incursion sur un chemin forestier vaguement cahoteux suffit à se convaincre que le Stromer n’est vraiment pas prévu pour quitter l’asphalte. A haute vitesse, son amortissement très relatif des chocs le rend d’ailleurs plutôt sportif en matière de confort.

Prix:

Evidemment, le tarif (6900 francs) de ce Stromer ST2 , même un peu moins élevé que celui de son jumeau de luxe et son passage de vitesses électronique (ST2s), ne le place pas à la hauteur de toutes les bourses. A l’usage, et en comparant avec d’autres vélos électriques, ce prix se comprend surtout si l’on se souvient qu’il s’agit d’une marque suisse aux hauts standards de qualité.

Vol et sécurité:

Pour une monture à pédales valant le prix d’un très bon scooter, la protection contre le vol paraît tout de même légère. Certes, il y a le blocage électronique à distance. Mais ce dernier ne fonctionne pas toujours (l’application pour smartphone a du mal à se connecter au vélo), et parfois se désactive inopinément. L’usage d’un gros et lourd antivol mécanique reste donc indispensable.

Une trappe à batterie étrange:

Il arrive que la clé reste bloquée dans la serrure du compartiment de la batterie, et qu’une fois cette dernière ôtée, ledit compartiment ne peut se refermer qu’à l’aide d’une lanière scratch.

Texte © Migros Magazine – Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Jeremy Bierer