Archives
14 septembre 2015

Vers un monde plus juste

Depuis le début de 2014, Chocolat Frey ne produit pour Migros que du chocolat dont le cacao est certifié Utz. Derrière ce label se cache un programme qui améliore les conditions de vie des producteurs et préserve l’environnement, comme le montre notre visite en Côte d’Ivoire.

Entrepôt dans la coopérative de Necaayo
Entrepôt dans la coopérative de Necaayo: les primes Utz ont permis de construire des hangars pour protéger les fèves de cacao de l’humidité.

Lundi 8 juin, village d’Ahitou, Côte d’Ivoire. L’eau coule en cascade du toit de l’église où s’est rassemblée toute la population. C’est la saison des pluies et ce n’est pas une averse qui va plomber l’ambiance de ce coin de forêt ivoirienne. Surtout qu’une délégation venue de Buchs, en Argovie, à six mille kilomètres de là, a fait le déplacement. Il s’agit de collaborateurs de Chocolat Frey , numéro un du chocolat en Suisse, venus remettre à la coopérative Necaayo une prime de près de 320 000 francs. Cette somme provient de la vente de cacao Utz Certified, un label de qualité qui garantit que le café, le thé ou justement le cacao sont issus d’une production durable, comme ici en Côte d’Ivoire.

En ce jour particulier, le chef du village s’est enveloppé d’un élégant pagne Baoulé, signe d’autorité et marque de respect. Il invite les visiteurs à s’asseoir à la table dressée pour l’occasion. «Nous avons une grande tradition d’accueil dans ce coin d’Afrique, nous glisse-t-on à l’oreille. Il faut rester assis et attendre qu’on vous donne la parole.» Felix Koffi Kouamé, président de la coopérative Necaayo, fait tout pour que la rencontre se passe au mieux.

L’averse s’étant calmée, Patrick Roth, responsable des achats stratégiques chez Chocolat Frey, se lève et remercie chaleureusement les planteurs en quelques phrases. «Cette année, dit-il notamment, non seulement la quantité de cacao fourni par les producteurs de Côte d’Ivoire est impressionnante, mais je dois ajouter que la qualité est exceptionnelle.»

Pour Nicole Moret, il s’agit là d’un effet direct de l’application des exigences Utz Certified. Cette spécialiste du développement durable chez Chocolat Frey se déplace en moyenne deux fois par année dans les pays producteurs de cacao d’Afrique occidentale et suit en direct l’application des directives du label: «L’augmentation de la production et l’amélioration de la qualité sont le résultat direct des formations financées par les primes Utz.»

Atelier à ciel ouvert: les planteurs de cacao apprennent les principes de l’agriculture durable durant les formations dispensées par la coopérative Necaayo.
Atelier à ciel ouvert: les planteurs de cacao apprennent les principes de l’agriculture durable durant les formations dispensées par la coopérative Necaayo.

Mardi 9 juin, village d’Allakro, dans la forêt du district d’Oupoyo, Côte d’Ivoire. Yvonne Kouassi tient fièrement son chèque face aux quatre cents planteurs rassemblés sur la place du village pour la cérémonie de remise des primes du programme Utz Certified. Beaucoup de ses collègues n’ont que 2 ou 3 hectares de cacaotiers, celle qu’on appelle ici «Madame Yvonne» en détient 11, ce qui fait d’elle l’une des principales productrices de la coopérative.

Quelques heures auparavant, elle a assisté à la formation Utz. Ce cours interactif est destiné à améliorer les techniques de production, à reconnaître et combattre les maladies, à utiliser de manière optimale les produits phytosanitaires, à échanger les meilleures pratiques entre les planteurs et à sensibiliser les familles à l’importance d’envoyer les enfants à l’école plutôt que de les prendre avec soi.

«C’est un cercle vertueux, explique Nicole Moret. La formation permet aux planteurs d’augmenter les récoltes et la qualité. De plus, grâce à la prime Utz qu’ils reçoivent en cas d’engagement supplémentaire en faveur, par exemple, d’une pratique agricole adéquate, ils n’améliorent pas seulement leurs revenus personnels mais aussi les moyens financiers de la coopérative.» Cette dernière peut alors investir dans des infrastructures destinées à améliorer la vie des villageois. Ainsi, si presque 50% des primes 2015 finiront dans la poche des planteurs, le reste sera réinvesti par la coopérative dans des formations, du matériel et des projets bénéfiques à l’ensemble de la communauté.

Des projets concrets et utiles

Ces deux dernières années, grâce à l’argent des primes, les paysans ont pu bâtir un dispensaire ainsi qu’une maison pour le médecin mis à disposition par le gouvernement et ont installé une pompe à eau.

De plus, cette année, la coopérative Necaayo a construit un entrepôt pour les sacs en toile de jute et un autre pour les produits phytosanitaires. «Depuis la Suisse, ça paraît peu, mais nous sommes à 60 kilomètres de la première ville et un dispensaire peut faire la différence entre la vie et la mort en cas de maladie ou d’accident, confie un collaborateur de la coopérative. Quant aux entrepôts, le climat ici est si humide qu’il est primordial que les sacs et les fèves de cacao puissent être stockés au sec.»

Lundi 27 juillet, Buchs (AG). Felix Koffi Kouamé découvre le site de production de l’usine Frey. «Je suis fier de voir comment nos fèves sont transformées.» Ici, on produit 40 000 tonnes de chocolat par an à partir de 8000 tonnes de cacao. La Côte d’Ivoire est l’un des principaux fournisseurs de fèves de cacao pour Chocolat Frey, après le Ghana et l’Equateur.

Felix Koffi Kouamé est convaincu du bienfait du programme Utz: «Ce label profite à tous. Il améliore le niveau de vie des planteurs et la qualité de la production. De plus, même le plus petit paysan peut parler avec le plus grand producteur suisse de chocolat. C’est incroyable.»

Grâce à l’augmentation de la prime dont bénéficiera Necaayo, plusieurs projets sont prévus cette année. «Nous allons construire une maternité et avons reçu l’autorisation d’engager une sage-femme», se réjouit Felix Koffi Kouamé. 

Patrick Roth et Nicole Moret ont visité la nouvelle pépinière.
Patrick Roth et Nicole Moret ont visité la nouvelle pépinière.
A l’intérieur de la cabosse, les fèves sont bien protégées.
A l’intérieur de la cabosse, les fèves sont bien protégées.
Certaines plantations sont situées dans des lieux très reculés.
Certaines plantations sont situées dans des lieux très reculés.
Yvonne Kouassi, l’une des principales productrices de la coopérative.
Yvonne Kouassi, l’une des principales productrices de la coopérative.

Auteur: Tristan Cerf

Photographe: Luc Gnago