Archives
23 mars 2015

Vincent Chabloz, une vie entre salon et forêt

Aussi à l’aise au milieu des tentures fines que derrière un rideau végétal, le Vaudois Vincent Chabloz a su concilier son métier de tapissier-décorateur avec sa passion de cinéaste animalier.

Vincent Chabloz n'hésite pas à rester à l'affût des heures durant pour apercevoir le faucon pèlerin.
Vincent Chabloz n'hésite pas à rester à l'affût des heures durant pour apercevoir le faucon pèlerin.

Assis entre deux chaises

Vincent Chabloz, 47 ans, a une double vie. Un jour, il se trouve à quinze mètres de haut sur un sapin pour installer une caméra et, le lendemain, il pose des rideaux de soie chez une cliente. Deux passions qui jouent à l’orée du bois: côté cour, il est décorateur d’intérieur à Morges (VD) et, côté jardin, il réalise des films animaliers.

A l’atelier

Comme son père, il a appris la restauration des meubles anciens, sait rembourrer un fauteuil Voltaire ou un siège Napoléon, manie le crin de cheval, la toile de jute ou le fil de chanvre. Réalise des guindages, manutention délicate qui consiste à assortir ressorts et cordes pour le confort des séants!

A l’affût

Mais c’est à l’affût qu’il passe l’autre moitié de son temps. Déjà plusieurs films à son actif, sur la douceur sauvage du Jura, les Alpes, les pics, les castors, les martins-pêcheurs...

Là, il met le dernier clap à son sixième docu sur le faucon pèlerin. «Cet oiseau a failli disparaître dans les années 70, à cause du pesticide DDT. Mais il est revenu au top. Jusqu’à quand?» Sûr qu’il faut avoir la foi pour filer à l’aube, trente kilos de matériel sur le dos, pour la beauté de quelques images. «Je prends ce que la nature me donne. Et parfois, il y a de beaux cadeaux!»

Une journée avec Vincent Chabloz

Infos sur www.nivalisfilm.ch et www.clapnature.ch

Texte © Migros Magazine – Patricia Brambilla

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: Christophe Chammartin