Archives
22 mai 2015

L’Amérique rafistolée

Je sais, je vis dans la ouate. Park Slope est peuplé de familles, légèrement embourgeoisé, «upscale» juste comme il faut. Genre: le dimanche matin dans la file du Connecticut Muffins entre les Brownstones retapées et les mamans en jogging, je ne risque pas vraiment ma vie. Impossible, pourtant, d’échapper à cette question des visiteurs occasionnels: New York est-elle une ville sûre?

Immeuble en mauvais état à New York

Je sais, je vis dans la ouate. Park Slope est peuplé de familles, légèrement embourgeoisé, «upscale» juste comme il faut. Genre: le dimanche matin dans la file du Connecticut Muffins entre les Brownstones retapées (des maisons alignées et identiques construites en grès rouge) et les mamans en jogging, je ne risque pas vraiment ma vie. Impossible, pourtant, d’échapper à cette question des visiteurs occasionnels: New York est-elle une ville sûre?

En hyper résumé, niveau meurtres, trafic de drogue et délinquance ordinaire, les années Giuliani (Rudolph, maire de 1994 à 2001) de lutte intensive contre la criminalité et, parfois il est vrai de justice-spectacle, ont payé.

Dans les années quatre-vingt, mon quartier était tenu par les gangs, juré. C’est signé mon voisin James, Broolynite de souche. Combien d’autres lieux-cultes de la ville, East Village, Meatpacking District, Harlem, Alphabet City étaient, la plupart du temps, infréquentables.

Mais le danger n’est pas toujours où l’on croit. L’autre jour, sur les trottoirs huppés de l’Upper West Side, entre Central Park et le fleuve Hudson, c’est du ciel que l’effroi a frappé. Une grand-mère et sa petite fille de deux ans prenaient le soleil sur un banc, tranquille, «quiet». Jusqu’à ce qu’une brique se détache de l’immeuble voisin. Petite tête éclatée. Mort à deux balles.

Poteau électrique à New York.

Il y a quelques semaines, on a appris, par la bande, qu’il y avait encore eu un incendie dans l’appartement d’une famille de l’école. (L’an dernier, un camarade de ma fille perdait son oncle dans un incendie). Le feu s’est déclaré on ne sait trop comment, on ne sait trop pourquoi. En fait, si, on sait plus ou moins comment et pourquoi: à cause d’un système électrique en mauvais état.

Le gaz, les fils qui se touchent, un bout de mur qui tombe, un salon inondé dans un immeuble délabré. La Ville peut bien mettre en place des hotlines et des formulaires internet pour signaler les «potholes» (nids-de-poule) et les dégâts de chaussée, elle semble, à chaque coin de rue, à chaque «mile» de métro, manquer à sa mission de sécurité publique.

Le déraillement mortel d’un train, récemment à Philadelphie, sur la ligne la plus fréquentée du pays («le corridor politique» entre Washington et New York), a relancé l’urgent débat sur les infrastructures au plan national.

Plus grande puissance du monde? Reine du replâtrage et du rafistolage, limite tiers-mondiste, oui.

Il y a des jours où j’ai l’impression que l’Amérique, c’est le marketing du Marriott, clinquant et alléchant, avec les chambres du «Riverside Studio», ses moquettes jaunes, ses bedbugs (punaises de lit), et son odeur d’urine (l’exemple n’est pas choisi au hasard, c’est surement l'un des pires hôtels de la ville, allez voir sur TripAdvisor). Alors, le prochain qui me dit que j’ai le cul dans le miel…

© Migros Magazine - Xavier Filliez

Auteur: Xavier Filliez

Photographe: Xavier Filliez