Archives
11 juillet 2016

Y-a-t-il une vie ailleurs que sur Terre?

Une question de Noah, 11 ans.

Question manuscrite d'enfant: Y-a-t-il d'autres vies dans l'univers?
Noah se demande si d'autres formes de vie existent dans l'univers.
Portrait de Sylvia Ekström
Sylvia Ekström

Sylvia Ekström est astrophysicienne à l’Observatoire astronomique de Genève.

«En fait, on n’en sait rien... On pense que pour qu’il y ait de la vie quelque part, il faut qu’il y ait de l’eau liquide. Dans le système solaire, seule la Terre en a à sa surface. Mais une des lunes de Jupiter, Europe, est vraisemblablement constituée d’une grosse croûte de glace au-dessus d’un océan liquide,

il n’est donc pas exclu que des formes de vie aient pu y démarrer.

Si on regarde plus loin dans l’espace, on peut s’intéresser à la multitude d’exoplanètes que l’on découvre presque chaque jour. Certaines d’entre elles semblent offrir des conditions qui pourraient permettre à l’eau liquide d’être présente.

Le problème c’est que ces planètes sont très loin, et qu’on ne peut les observer qu’à distance.

Comment y détecter la vie? Sur Terre, la vie a modifié notre atmosphère, c’est grâce à elle qu’il y a autant d’oxygène dans l’air, grâce à la photosynthèse. On pense que si on détecte de l’oxygène dans l’atmosphère d’une planète, ça pourrait être un signe qu’elle héberge la vie.

On est en train de mettre au point les outils qui nous permettront d’étudier les exoplanètes.

Mais il faut rester prudent: si on ne trouve pas d’oxygène, ça ne veut pas forcément dire que la vie n’est pas présente.

L’oxygène n’a été détectable dans notre atmosphère que longtemps après que la vie est apparue. En plus, il est possible que, sur une autre planète, il n’existe pas de photosynthèse et donc il n’y aurait pas de production d’oxygène. Dans ce cas, la vie serait bien là mais on ne pourrait pas le savoir...»