Archives
19 septembre 2016

Yes, week-end

Fred Valet, confie ses mésaventures de père fraîchement divorcé ou «Breakind Dad», comme il se présente lui-même.

Fred Valet.

Progéniture a une nouvelle casquette sur le front et une ancienne blessure sur le genou. «Clic». Je l’ai trouvée moi-même. La casquette, pas la blessure. Dites, Madame la pharmacienne, vous saviez que les cadeaux et les pansements n’offraient pas la même adhérence? Parce que je me retiens de déposer une autre visière sur sa petite jambe gauche. J’aimerais en mettre partout. L’épaule, la paupière, le bas du dos. Soyons prévoyant. Même le cœur a parfois besoin d’ombre. Allez, une glace, puis un tour de manège, puis un câlin, puis on recommence. «Clic». Jusqu’à vomir quelque chose. Que ça soit la boule pistache ou la bulle d’amour, l’indigestion est un mal nécessaire à une époque où l’on se gargarise avec le vide. Tu veux un chaton? Une guitare en plastique? Une poupée qui dit non? Un papa qui dit oui? Oui. Oui. Oui. «Clic».

Bien sûr, le spectacle est trop cher. Le cinéma est trop cher. Le toboggan est trop cher. La trottinette est trop chère. La reconnaissance est trop chère. Il n’y a que la culpabilité qui est donnée. Gratis! Progéniture, tu auras Titeuf, le pestacle, Comme des bêtes, Aquaparc, la Reine des neiges montée sur deux roues et des applaudissements à chacun de tes petits sauts de ninja depuis le muret. Tu me fais un sourire? Voilà, «clic»! Allez, un selfie! Serre papa très fort. «Clic»! Mon petit Pokémon, tu n’es pas responsable de la Syrie, du burkini, de l’impuissance, du chômage, des desserts sans gluten ou de Cyril Hanouna. Tu ne seras pas responsable des larmes gauches et des divorces. Promis, tu auras de l’affirmative à la louche. Du «oui» jusqu’à me supplier un refus. Mange devant la télévision, bois du soda, noie Bioman dans tes céréales, aligne quelques gros mots. Merde! Putain! «REC.»

On dira partout que Progéniture a un papa en or. Tous les gamins envieront Progéniture du bout de la basket. Sur Facebook. Sur Instagram. Sur les terrasses aveuglées par les filtres. «Clic.» Sauf qu’il manquera toujours un réseau pour les pleurs, les frousses, les ratés, les hontes, les porte-monnaie vides et les maladresses. Papa est d’accord et le sera encore un moment. A haute voix. Tous les samedis. Tous les dimanches. Yes, week-end! Il hurlera des «oui» pour les écrans parce qu’il a un jour dit «non» à maman entre quelques assiettes en miettes et un amour au sol.

Texte: © Migros Magazine | Fred Valet

Auteur: Fred Valet