Archives
20 janvier 2014

Yvan Franel et l'album qui fait boum

Auteur-compositeur-chanteur-instrumentiste, Yvan Franel, leader du groupe Stevans, signe un nouvel opus groovy terriblement efficace. A découvrir en CD ou sur vinyle.

Yvan Franel, leader du groupe Stevans

«Rupture». Tel est le nom du troisième album écrit et composé par le Genevois Yvan Franel, le leader du groupe Stevans . «Je l’ai baptisé ainsi, car il marque effectivement un changement. Les deux autres membres fondateurs du trio Stevans sont devenus pères et ont quitté le groupe. Pour les remplacer, quatre nouveaux musiciens ont intégré la formation. Surtout, la rupture est du côté du style. J’ai un peu délaissé les influences de la pop britannique pour aller vers un son plus américain, électro et groovy. Sur scène, j’avais déjà remarqué que les titres dansants marchaient le mieux.»

Il en ressort un disque, disponible dans les bacs dès le 24 janvier 2014, à l’image d’Yvan Franel: «joyeux, innocent, sombre, mélancolique et sexy». Terriblement efficace aussi a-t-on envie d’ajouter, puisque le clip du single «Glamorous Nights» , tiré du nouvel album, a déjà été vu plus de 53 000 fois sur Youtube. «C’est vrai que c’est beaucoup pour la Suisse, mais aux Etats-Unis, c’est le score de l’épicier du coin», ironise le Genevois.

Quand il n’est pas sur scène – il a déjà enflammé le Paléo et fait la première partie de Deep Purple au Montreux Jazz Festival –, Yvan Franel squatte le petit écran dans une série humoristique, «So sorry!» , visible notamment sur Rouge TV. «J’ai suivi des cours de comédie à Paris et j’adore aller chercher des émotions au fond de moi. En concert, je peux me cacher derrière une mélodie, un instrument. Devant une caméra, cela n’est plus possible.»

Une journée avec Yvan Franel

10 h Quels habits de lumière?

Nadège Ludinant, syliste, aide Yvan Franel a choisir un costume de scène.

«La styliste Nadège Ludinant est une amie. Elle a étudié à l’Ecole de la chambre syndicale de la couture parisienne et est aujourd’hui venue m’aider à dénicher une tenue de scène dans ma garde-robe.»

11 h Le sport, c'est la santé

Yvan Franel pratique la course à pied.

«Le sport est important, car il permet de me poser, moi qui ai une tendance à l’hyperactivité. De plus, quand on fait de la scène, il est nécessaire d’avoir une bonne condition physique. Si le temps le permet, je cours à travers la campagne genevoise. Sinon, je vais en salle.»

12 h 30 Le repos du guerrier

Yvan Franel en train de se promener à Genève.

«En tant que fils de diplomate, j’ai passé les seize premières années de ma vie à l’étranger. J’aime le côté sécurisant qu’offre Genève. Me promener dans le parc des Bastions ou la vieille ville me rappelle des valeurs familiales importantes, bien éloignées du monde très rock’n’roll dans lequel on vit parfois.»

14 h Inspiration

Yvan Franel compose aussi bien à la guitare qu'au piano.

«Je compose aussi bien à la guitare qu’au piano et enregistre les lignes mélodiques sur mon Iphone. C’est un peu mon journal de bord. Ensuite, je reprends, parfois quelques jours plus tard, les idées pour les retravailler ou alors je les abandonne. Les textes viennent seulement à la fin du processus de création.»

14h 30 Répétition en sous-sol

Yvan Franel dans son local de répétition à Troinex.

«Avec les quatre autres musiciens du groupe, nous répétons dans un local du sous-sol de la salle de sports de Troinex, près de Genève. Le rythme de nos rencontres dépend des échéances à venir. C’est aussi ici que je compose des démos.»

16 h Organisation du prévernissage

Yvan Franel, chez Alain Jeanmairet, disquaire à Genève.

«Alain Jeanmairet est l’un des derniers disquaires de Genève. Nous allons organiser dans son magasin Sounds Records de Plainpalais un prévernissage le 23 janvier. Mon album y sera aussi disponible en vinyle, car j’aime ce support. Il a une âme.»

16 h 30 Rencontre avec le graphiste

La pochette de l'album du groupe Stevans.

«Je découvre enfin la pochette que Gregory Page a conçue pour l’album. En écoutant les différents titres, il a développé un univers en jouant sur les couleurs, sombres pour le côté mélancolique et plus vives pour le côté punchy. A l’intérieur, les photos d’ Anoush Abrar reprennent et complètent cette idée.»

17 h La tournée des télés

Yvan Franel sur un plateau de télévision.

«Avant la sortie du disque, les rendez-vous avec la presse et les télévisions s’enchaînent. Cela fait partie du métier et ne me déplaît pas. Surtout, c’est l’occasion de défendre ce que j’ai composé et écrit. Pour cet album, nous visons aussi la Suisse alémanique et des entretiens avec des radios d’outre-Sarine sont prévus. Je vais devoir assurer.»

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: François Wavre