15 mars 2018

«Atypical», ou l’autisme tout en tendresse

Drôle et sensible, la première saison de cette série produite par Netflix nous plonge dans l’univers décalé de Sam, un jeune autiste de 18 ans, et de sa famille.

Le désir d'émancipation de Sam (Keir Gilchrist) va bouleverser le quotidien de toute la famille Gardner. (Photo Netflix)
Le désir d'émancipation de Sam (Keir Gilchrist) va bouleverser le quotidien de toute la famille Gardner. (Photo Netflix)

Sam a 18 ans. Et ses hormones le titillent. C’est décidé: l’heure est venue pour lui de se jeter à l’eau et de coucher avec une fille. D’ailleurs, c’est sa psy qui le lui recommande: enfin, elle n’a pas vraiment parlé de sexe, mais elle lui a bel et bien conseillé de sortir de sa coquille, explique l’ado à ses parents interloqués lors d’un repas en famille. Précisons que Sam est autiste et qu’il a tendance à balancer tout haut, sans filtre, tout ce qui lui vient à l’esprit.

Bienvenue dans l’univers d’Atypical! Produite par Netflix, cette série américaine dépeint donc le quotidien d’une famille pas tout à fait comme les autres, mais à laquelle chacun peut s’identifier. Normal, personne ne l’est, assure d’ailleurs l’un des protagonistes lorsque Sam émet le désir douloureux de se fondre dans la masse. Entouré par une mère (Jennifer Jason Leigh) qui veut tout contrôler, un père (Michael Rapaport) qui, malgré ses efforts, peine à comprendre son fils, une sœur cadette qui elle aussi goûte aux premières joies de l’amour tout en assumant le rôle d’ange gardien de son frangin et un meilleur pote obsédé par le sexe et avide de dispenser ses «sages» conseils, notre héros se fraie donc tant bien que mal un chemin cahoteux dans le monde des adolescents d’aujourd’hui.

Abordant avec humour et tendresse le thème de l’autisme (bien que quelques voix se soient élevées pour dénoncer certains stéréotypes véhiculés par la série et déplorent que le personnage de Sam ne soit pas interprété par un acteur lui-même autiste, d’autres ont salué une approche subtile de cette délicate thématique), Atypical séduit avant tout par son côté atypique, justement, et grâce à sa galerie de personnages attachants. La série ne compte pour l’heure qu’une seule saison de huit épisodes. Mais que l’on se rassure: Netflix a promis une suite!

Dernière chronique séries tv: The Good Place

Dernière chronique cinéma: The Mercy

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Confrontée à des personnages parfois difficiles à gérer (comme le jeune Buckley), Kimmy Schmidt (Ellie Kemper) doit s'adapter à sa nouvelle vie à Newy York. (Photo Eric Liebowitz/Netflix)

Les tribulations d’une ingénue à New York

S’infiltrer dans la Fabrique nationale de la monnaie à Madrid pour y imprimer leurs propres billets, tel est le plan machiavélique conçu par le Profesor (au centre) et ses huit acolytes. (Photo Atresmedia)

«La casa de papel», ou le casse qui n’en finissait pas

The Good Place

«The Good Place», ou le paradis en mode délire

Dans cette deuxième saison de «13 Reasons Why», Clay (Dylan Minette), dévasté par la mort d'Hannah (Katherine Langford), est hanté par son souvenir. (Photo Netflix)

«13 Reasons Why», ou l’adolescence écorchée