Content: Home

Une question de gravité

«Faire tenir un balai en équilibre sur un doigt? Facile quand on connaît le truc...»

Le manche de ce balai est particulier.

Après avoir remis en place son nœud papillon, le petit Paul va chercher un manche lesté d’un côté par un poids caché. Pour cette expérience, un simple balai fait très bien l’affaire…

Commencer par tenir le manche par les deux bouts avec les index.

Avec l’élégance qui le caractérise, notre scientifique en herbe place ses deux index sous le manche. Plus précisément aux extrémités de celui-ci (voir photo).

Le centre de gravité semble s'être déplacé!

Sans trembler, notre as de l’acrobatie fait glisser tout gentiment ses doigts vers le centre de gravité. Il ne faut pas être pressé: tout est question de doigté. Le bâton est maintenant en équilibre.

Le point de gravité est-il trouvé correctement?

Paul a-t-il vraiment trouvé le centre de gravité? Pour s’en assurer, il n’hésite pas à retirer un doigt (mais surtout pas les deux!). Si le balai reste en équilibre, c’est gagné. On dirait bien que oui... 

Le phénomène

C’est à cause de la gravité, et donc de l’attraction terrestre, que les objets sont pesants. Qu’est-ce alors le centre de gravité? C’est un point d’équilibre. Et dans notre expérience, Paul met précisément le doigt à cet endroit.

Lorsqu’il rapproche ses index, ceux-ci vont avancer différemment pour se rejoindre sur le centre de gravité qui ne se situe pas, comme on pourrait le penser, au centre du manche. En fait, ces deux points sont bel et bien distincts, puisque la brosse (le poids caché, ici) décale le centre de gravité vers elle.

Texte: © Migros Magazine | Alain Portner

Page réalisée en collaboration avec le Scienscope de l’Université de Genève.

 

Publié dans l'édition MM 16
18 avril 2017

Texte
Image(s)
  Super   Commentaires  0

 Imprimer  Envoyer

C’est bête

Le fin mau de l’histoire

«Un chat, moi? Beaucoup plus que ça: je suis le mau égyptien. Dans l’ancienne Egypte, nous les chats étions vénérés comme des dieux.

Bref, estimés à notre juste valeur. Quand l’un de nous mourait, les membres de la famille où il vivait se rasaient les sourcils en signe de deuil. Une belle tradition à réintroduire.

Ah j’oubliais: je suis l’ancêtre de toutes les races de chat. Certains disent que c’est une légende. Une légende! Mdr (miaou de rire).»

Partenariat

Page réalisée en collaboration avec le
Scienscope de l’Université de Genève.


Rédiger un commentaire


0 Commentaires

  • Vous avez déjà signalé ce commentaire