28 février 2018

La fabrique aux folles chaussettes

Désireux de colorer le quotidien, la Genevoise Aude Secchi et son mari ont créé My Sock Factory, une petite entreprise où les chaussettes originales sont reines.

Aude Secchi
En 2013, Aude Secchi et son mari ont eu envie de créer leur propre entreprise en ligne.

Septante-deux modèles de chaussettes fofolles et colorées: c’est le séduisant assortiment créé par Aude, fondatrice de My Sock Factory. Avec un site en français, en allemand et en anglais, la Genevoise a conquis la Suisse et se lance maintenant sur le marché international.

Tout avait pourtant commencé comme un jeu: «C’était en 2013, raconte la jeune femme. Mon mari Alexandre et moi étions avec des amis français, qui nous expliquaient qu’ils se faisaient livrer presque tout par internet. Nous nous sommes dit que ce serait sympa de créer notre propre entreprise en ligne. Et comme Alexandre ne porte que des costumes pour le travail, nous avons pensé aux chaussettes, unique touche d’originalité qu’il peut se permettre.»

Avec ses deux enfants nés dans l’intervalle, le couple jongle désormais entre vie de famille, travail et entrepreneuriat. «Au début, nous accompagnions chaque envoi d’un mot écrit à la main, explique Aude. Il est maintenant imprimé sur une carte, mais nous tenons à conserver un lien proche avec nos clients.» Les motifs les plus prisés? «Même si les chaussettes noires restent en tête des ventes, les crabes et les poulpes ont super bien marché cet hiver! On remarque qu’en trois ans, la mode a changé. Et comme les pantalons sont plus courts, les gens ont tendance à faire plus d’efforts dans le choix de leurs chaussettes!»

Une journée avec Aude Secchi

8h00 Petit moment zen

«Le matin, je dois aider les enfants à s’habiller et les faire manger avant de les emmener à la crèche et à l’école et je n’ai généralement pas le temps de manger moi-même. Alors je prends le petit-déjeuner au bureau...»

10h00 Photos à gogo

«Pour alimenter notre site, nous prenons des photos de nos modèles partout où nous allons. Nos amis nous aident beaucoup, puisqu’ils acceptent tous de bon cœur de poser pour nous.»

11h00 L’inspiration de la rue

«C’est généralement moi qui dessine les motifs de chaque nouveau modèle. Je m’inspire de tout: des magazines de mode, des éléments qu’on voit dans la rue… j’essaie de faire des choses qui nous font plaisir. Là, on aimerait faire des carreaux, mais ce sera pour la prochaine collection!»

13h00 Premier shooting pro

«Pour la première fois, nous avons eu droit à un vrai shooting professionnel. C’est le mari de ma belle-sœur qui s’en est occupé. Il travaille pour des magazines comme Grazia et Cosmopolitan, et le résultat est magnifique!»

16h00 Paquet surprise

«Une fois par mois, on reçoit un paquet de notre fournisseur en France, qui nous envoie les modèles que nous avons commandés. On a eu la chance de dénicher un fournisseur passionné de chaussettes, qui nous fait découvrir plein de choses dans ce domaine!»

18h00 Soigneusement emballés

«Nous avons la chance d’avoir une clientèle fidèle, puisque 37% des gens commandent deux fois ou plus. Mais c’est vrai que la proximité est importante pour nous, et nous tenons à personnaliser nos envois en y glissant de petits bonbons, par exemple.»

20h00 Amis et conseillers

«Nos amis sont de précieux conseillers. Nous leur demandons souvent ce qu’ils mettraient ou pas, si le dernier motif que nous avons créé leur plaît, etc. Leur avis est toujours sensé et nous aide à faire nos choix.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Marushka Schuwey, coach à Fribourg, présente les tendances mode du printemps 2018.

Looks de choc pour le printemps

Marushka Schuwey

Un look sexy mais pas vulgaire

Jorge Guerreiro

Jorge Guerreiro, le blogueur chic

Marushka Schuwey portant une robe de velours bleue.

Le velours remis au goût du jour