5 juin 2018

Aurélie Deschenaux, une entrepreneuse brillante

En lançant en 2012 sa boutique en ligne dédiée aux bijoux et accessoires de créateurs, la Fribourgeoise Aurélie Deschenaux a eu l’œil. Aujourd’hui, elle jongle entre son entreprise, son métier dans la communication et sa vie à cheval sur le Röstigraben.

Aurélie Deschenaux, fondatrice de la plateforme Graine de shopping.

Tout est né d’un hasard, il y a six ans, alors qu’Aurélie cherchait des bijoux sur internet. Tombée sous le charme des œuvres d’une créatrice slovène, elle crée une page Facebook pour en faire la promotion. Les débuts sont modestes: dix paires de boucles d’oreilles à 10 francs pièce. Au fur et à mesure des ventes, elle réinvestit ce qu’elle gagne et enrichit son stock. «Au départ, personne ne savait que j’avais lancé un business, c’était mon petit secret.» Le concept cartonne. Un an plus tard, sa sœur graphiste lui crée un logo, des cartes de visite, puis un site internet: «C’était devenu du sérieux.»

«Délicat, graphique et bohème, voilà l’ambiance de Graine de Shopping. J’ai voulu créer un univers qui me ressemble et qui ait du sens. Un bijou n’est pas qu’un objet d’apparat, il est aussi un puissant vecteur de plaisir. Il aide à se sentir bien. Vendre un bijou, c’est aussi offrir un moment de bonheur.»

Actuellement, Graine de Shopping compte plusieurs employées, une soixantaine de créateurs, 3000 articles référencés et des milliers de fans sur les réseaux sociaux.«Ma clientèle est surtout romande mais j’ai de plus en plus de commandes d’outre-Sarine.»

Pour la suite, la jeune entrepreneuse de 27 ans n’est jamais à court d’idées: «Je souhaiterais ouvrir des corners dans d’autres espaces,collaborer avec plus de créateurs suisses ou proposer une gamme avec un label éthique.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Peter Breitler

Le défi de la réinsertion professionnelle

Informationen zum Author

Willy Fantin

Willy Fantin, le papa d’Heidi

Steve Gaspoz

Savoir lâcher son «bébé»

PME

Patron cherche successeur