6 juin 2019

La belle et les bêtes

Dans la ferme-refuge de SOS Chats à Noiraigue (NE), Aurore Lecerf a charge, avec d’autres, d’une centaine de félins délaissés, caractériels ou maltraités. Cette Jurassienne a aussi appris à piloter un drone pour sauver les faons des faucheuses et moissonneuses.

Aurore Lecerf a appris à piloter un drone pour voler au secours des faons menacés par les lames des machines agricoles. (photos: Matthieu Spohn)
Temps de lecture 3 minutes

Une vraie pasionaria

Les animaux, Aurore Lecerf les a depuis toujours dans la peau: «À l’âge de 4 ans, j’ai cassé les pieds à mes parents jusqu’à ce qu’ils m’offrent un lapin.»

Cette Franc-Montagnarde, qui a passé  son enfance aux Bois et vit actuellement au Noirmont, ne sait pas exactement d’où lui vient cette passion. «Petite, j’étais timide et renfermée. Je pense que les animaux ont joué pour moi un rôle de compagnon et de confident.»

Aurore, sans surprise, rêvait de devenir vétérinaire. Malheureusement, les études sont en allemand, un obstacle majeur pour elle. Meilleure en chiffres, elle opte pour un Bachelor à la Haute école de gestion de Neuchâtel.

Parallèlement, elle travaille dans la ferme de SOS Chats à Noiraigue avec une centaine de félins cabossés. Le bonheur! Très vite, elle fait sienne la cause que défend Tomi Tomek, l’âme des lieux, et rejoint le comité de fondation.

Dans l’élan, cette jeune femme de 24 ans apprend à piloter un drone pour voler au secours des faons menacés par les lames des machines agricoles. « C’est une prestation gratuite offerte aux paysans qui font appel à nos services.»

Au fil de la discussion, on se rend compte que cette pasionaria se bat contre la maltraitance animale en particulier et l’injustice en général: «J’aime autant les humains que les animaux.»

4 h - Réveil en fanfare

«Mes journées commencent toujours par le même rituel:m'occuper de ma smala, c’est-à-dire de mes deux chats, de mes trois lapins et de ma tortue terrestre. Je les nourris avant même de prendre ma douche et de préparer mon petit-déjeuner.»

6 h - Opération sauvetage

"Les faons se terrent dans l’herbe et restent immobiles pour échapper à leurs prédateurs. Notre drone, équipé d’une caméra thermique, permet de les repérer grâce à leur chaleur corporelle. Nous devons donc intervenir tôt le matin quand il y a une bonne différence de température entre le sol et les faons.»

9h - Etat des troupes

«Chaque jour, on a une séance de débriefing au sujet de la situation des chats qui sont au refuge. Il est essentiel de bien communiquer au sein de l’équipe pour que la prise en charge de nos protégés soit la meilleure possible.»

10h - Aux petits soins

«On s’occupe d’une centaine de chats, donc on n’a pas vraiment le temps de s'ennuyer. On les nourrit, on change les caisses, on lave, on prodigue des soins, on assure les transports chez le vétérinaire… Bref, le travail est varié et il n’y a pas un jour qui se ressemble.»

14h - Bureau

«Ces temps-ci, je suis en charge, avec d’autres membres de la fondation, de l’organisation de la Journée internationale des animaux sans foyer, qui aura lieu ce 18 août. Dans ce cadre, on tient chaque année un stand à Neuchâtel pour informer les gens sur notre travail et sur l’importance de stériliser et de castrer chiens et chats.»

18h - Repas en amoureux

«Sensible à la cause animale, je suis récemment devenue végétarienne. Cela ne m’empêche pas de toujours aimer faire à manger. D’ailleurs, chaque soir, on cuisine en couple avec mon copain Bryan qui, lui, n’est pas végétarien. Chacun est libre de ses choix!»

Agenda de ministre

«Les pages de mon agenda sont noircies de rendez-vous et de contacts. Toutes les infos importantes y figurent. Si j’ai toujours un agenda papier, à l’ancienne, c’est parce que je ressens et mémorise mieux les choses quand je les écris à la main. Et aussi parce que je peux l'utiliser pour m’évader un peu en dessinant…»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Quand Médor va chez l’acupuncteur

Eric Ribstein prend soin des plantes et des visiteurs depuis de nombreuses années.

Le poumon de Bâle

Jouer avec les chiots est une activité primordiale pour leur socialisation.

Un travail au poil

Mélanie Di Stefano (au premier plan
à gauche), présidente de l’association 60x60, en compagnie de ses voisins.

Bien vivre les uns avec les autres