27 mai 2018

Le coucou

Le coup du coucou.

Le coucou
Le coucou.
Temps de lecture 1 minute

Coucou, je suis le coucou. Aux champs, sans prétention, j’ai mauvaise réputation. Je ne veux pas parler du fait que je suis le seul oiseau à pouvoir digérer les chenilles les plus velues. Ni non plus que je suis capable de repérer à 20 mètres la tête d’un délicieux lombric. Il s’agit évidemment de cette petite habitude que j’ai de déposer mes œufs dans les nids des autres. Ce n’est pas joli-joli, je sais. Mais qui n’a jamais pondu de travers me lance la première coquille.

Benutzer-Kommentare