28 février 2018

Ces chiens qui aident les malades

Ils ont le flair affûté. Les cockers anglais de l’association Farah Dogs à Sierre (VS), complices et dévoués, sont spécialement dressés pour soutenir les diabétiques.

Robin et sa chienne «Easy»
Très complices, Robin et sa chienne «Easy» ne se séparent que lorsque Robin doit se rendre à l’école.
Temps de lecture 6 minutes

«Chiens d’ange heureux», peut-on lire sur une petite pancarte à l’entrée du chenil. Une large bâtisse au toit de tôle ondulée, avec ses annexes, son parc et son enclos, dans la zone industrielle de Sierre (VS). Bien trouvée, la formule qui désigne une poignée de chiens d’assistance.

Oui, les locataires du lieu, joyeux cockers anglais, bergers australiens, labradoodles et vifs springers spaniels, sont spécialement dressés pour venir en aide aux diabétiques. Des petits anges gardiens sans ailes, mais copieusement poilus.

Bienvenue dans l’antre de Farah Dogs, une association qui a démarré en 2014 et qui compte environ 150 membres aujourd’hui.

Après avoir travaillé pendant vingt ans auprès des chiens d’assistance pour handicapés, j’étais convaincue de leur utilité.

J’ai voulu me spécialiser dans l’aide aux diabétiques et aux enfants autistes. J’ai donc lancé Farah Dogs, pris contact avec un éleveur et, le soir même, j’avais un chien. Ça a démarré sur les chapeaux de roue!», explique Nicole Boyer, directrice des lieux.

Stéphanie Nanchen (à g.), éducatrice, et Nicole Boyer (à dr.), directrice de l’association Farah Dogs qui forme les chiens d’assistance.

Une belle idée, mais qui prend du temps. Parce que les chiens sont choisis dès la naissance sur leurs compétences olfactives. Sans distinction de race, «ils ont tous un potentiel», mais avec une préférence pour les cockers, car ils sont «joueurs, petits mais endurants et ont une bonne bouille». Le chemin jusqu’à la formation complète prend deux ans pour un coût de Fr. 25 000.- (soins vétérinaires, visites aux familles d’accueil, déplacements, etc.).

Selon son niveau, le chien travaille chaque jour entre dix minutes et une heure d’affilée.

«Oui, c’est long. On a des demandes en attente. Mais il faut vraiment trouver le chien qui correspond au handicap et à la personne. C’est du sur-mesure», souligne Nicole Boyer. Du sur-mesure et une histoire de connivence et de feeling entre l’homme et l’animal. Car quoi qu’en pensent les humains, c’est le chien qui choisit son maître. Et non l’inverse. «Il faut aussi regarder le tempérament des deux. Un animal vif ne conviendra pas à une personne lente et âgée.

Il faut adapter les caractères, les styles de vie, tenir compte de l’environnement familial.

Comme l’association reste propriétaire des chiens, Nicole Boyer rend régulièrement visite aux bénéficiaires pour «s’assurer que les compagnons à quatre pattes vont bien et qu’ils font leur travail».

Le rôle primordial de la famille d’accueil

Ainsi, à deux mois, les chiots sont d’abord confiés à des familles d’accueil. Actuellement, elles sont six dans toute la Suisse à avoir accepté de pouponner un chien pendant dix-huit mois. Une partie de plaisir? Oui, mais aussi pas mal de contraintes. «C’est beaucoup de temps à investir. Pas besoin d’être une famille avec des enfants, mais

il faut s’entraîner avec le chien, l’éduquer, le socialiser, aller partout avec lui, et accepter de s’en séparer à la fin de la période. C’est souvent assez dur,

explique Stéphanie Nanchen, éducatrice canine, qui a elle-même joué ce rôle de famille d’accueil.

Passionnée, énergique, bras tatoué sauvage, la jeune femme vient épauler l’association pour le dressage olfactif des pensionnaires. «On travaille chaque jour entre dix minutes et une heure d’affilée suivant le niveau du chien. On essaie d’avoir une large palette d’exercices. On leur apprend à ouvrir un placard, à ramener un objet. Et surtout à détecter la molécule du diabète, d’abord dans un petit périmètre, puis dans un plus grand espace», explique Stéphanie Nanchen.

Une détermination des indices très précise

C’est justement au tour de Gaya, 2 ans, joyeux cocker anglais, de peaufiner sa formation ce jour-là. Avec la chabraque sur le dos, harnais rouge au motif de l’association, le chien semble prendre l’affaire au sérieux et se met à fureter dans la pièce, nez au plancher. L’éducatrice a caché des t-shirts dans des bocaux: l’un est imprégné de la molécule du diabète – l’hyperglycémie dégageant une forte odeur d’acétone –, l’autre est neutre. Ils sont ensuite placés dans différents lieux, parfois dans une botte, sous un pot, dans un sac ou simplement derrière un meuble.

Gaya parvient très vite à la cachette, sans se tromper de t-shirt. D’où récompense. «Quand le chien reconnaît la bonne odeur, il s’assied, pose la patte ou vient se frotter pour avertir. Dans tous les cas, je le félicite avec la voix, une caresse ou un biscuit. C’est vraiment bluffant!», dit la jeune femme. Qui poursuit:

Le chien court après une odeur au lieu de courir après une balle. Pour lui, ce n’est pas un travail, c’est un jeu!

Sûr que les toutous sont une précieuse présence auprès des personnes diabétiques, même s’ils ne remplacent pas les appareils de contrôle, lesquels ne sont d’ailleurs pas non plus infaillibles. Et Nicole Boyer ne compte pas en rester là. Elle envisage de développer des compétences pour les différents handicaps. Une première expérience auprès d’un enfant de 12 ans, atteint d’autisme, est prometteuse: «Le chien parvient à réduire les crises, il canalise le trop-plein et le sort de son monde.

Il paraît que, depuis que le chien est dans la famille, ce n’est plus le même enfant. Il sourit.

«Dans le malheur de la maladie, c’est une belle découverte!»

À 4 ans, Robin est un petit bonhomme plein d’entrain. Et de courage. Attachée autour de sa taille, une petite sacoche. À l’intérieur, une pompe à insuline lui injecte 24 heures sur 24 le dosage adéquat. Ce qui ne l’empêche ni de rire, ni de jouer, ni de courir après Easy, un jeune cocker anglais. «Diabétique, Robin a de grandes variations de glycémie. Son taux de sucre monte très haut, puis descend très bas en moins d’une demi-heure. Plusieurs fois, il a été à la limite de l’inconscience, avec tremblements et yeux révulsés», explique Sandra Schöpfer, sa maman.

Robin est constamment branché à une pompe à insuline rangée dans une pochette discrète.

Easy, qui ne quitte pas son petit partenaire d’une semelle sauf quand il va à l’école, peut apporter une aide précieuse en prévenant les brutales hypo­glycémies, qui peuvent être dangereuses. «Le chien va régulièrement sentir Robin, et quand il met sa patte sur lui ou qu’elle vient vers nous, c’est un signe. On donne alors à Robin un bonbon ou du sirop. Le but n’est pas d’être remplacés, mais secondés, surtout la nuit», ajoute encore Sandra Schöpfer.

Peser tous les aliments, pour en vérifier la teneur en glucides, surveiller les signes avant-coureurs d’une crise sont devenus le quotidien de cette famille. Qui reste malgré tout unie et très positive. «Dans le malheur de la maladie, c’est une belle découverte! Easy a un lien particulier avec notre fils, elle le suit, dort dans la même chambre et pleure quand il part à l’école. C’est sécurisant pour nous et c’est une belle relation pour lui», sourit Cédric Schöpfer, son papa.

Benutzer-Kommentare