29 juin 2015

Ces petites voix qui nous prennent la tête

Le nouveau film de Pixar «Vice-Versa» s’immisce dans le for intérieur de ses personnages pour rendre compte des débats qui y tiennent place. Une vision qui s’apparente à un modèle psychothérapeutique en vogue, le Système familial intérieur.

Les cinq émotions illustrées par Pixar (de g. à dr.) dans le film "Vice-Versa": Colère, Tristesse, Peur, Dégoût et Joie. (Photo: Disney/Pixar)
Les cinq émotions illustrées par Pixar (de g. à dr.) dans le film "Vice-Versa": Colère, Tristesse, Peur, Dégoût et Joie. (Photo: Disney/Pixar)
Temps de lecture 4 minutes
La Tristesse. (Photo: Disney/Pixar)
La Tristesse. (Photo: Disney/Pixar)

Un diablotin sur une épaule, un petit ange sur l’autre. Les dessins animés s’amusent depuis longtemps à illustrer ces petites voix, à l’intérieur de notre tête, qui nous guident dans nos choix quotidiens. «Vice-Versa», la nouvelle grosse production des studios Pixar (actuellement à l’affiche dans les cinémas romands, visionner la bande-annonce ci-dessous), va plus loin en s’immisçant jusque dans la tête des personnages de cette épopée. A l’intérieur de ce quartier général, cinq petites créatures représentent les cinq principales émotions: joie, tristesse, colère, dégoût et peur. Chacune prenant, à tour de rôle et après des débats animés, le contrôle de la personne.

La Colère. (Photo: Disney/Pixar)
La Colère. (Photo: Disney/Pixar)

Cette idée 100% novatrice dans le cadre d’un film n’est pas sans rappeler un modèle psychothérapeutique qui fonctionne selon des principes très similaires: le Système familial intérieur (Internal Family System – IFS), fondé par l’Américain Richard Schwartz et qui se répand à travers l’Europe depuis une dizaine d’années. Son principal promoteur en francophonie s’est d’ailleurs empressé de visionner le long-métrage. «Le film est une très bonne illustration de cette théorie, confirme François Le Doze, psychothérapeute formateur au modèle IFS et neurologue au CHU de Caen (F).

Quand bien même le film d’animation esquisse de manière très simplifiée le schéma de fonctionnement de notre esprit, il offre tout de même un aperçu des principes fondamentaux de ce modèle: «Chaque personne, y compris saine d’esprit, entend différentes voix dans sa tête, explique le médecin.»

En fait, toute une famille habite notre esprit! Et il y a donc constamment de l’ébullition, comme au cours d’un repas en famille.»

Si dans la fiction on parle d’émotions et qu’elles ne sont qu’au nombre de cinq, le modèle IFS utilise pour sa part le terme de «parties», qui sont très nombreuses et représentent en fait nos sous-personnalités. «Chaque partie est rattachée à un rôle et possède ses propres compétences dans le système global, détaille François Le Doze. Moi, par exemple, je suis médecin et mon cerveau fonctionne en conséquence. Mais lors de mes échanges avec les patients j’ai aussi une partie «compassion» qui s’enclenche.»

L’autre grand absent du film, c’est ce que les thérapeutes nomment le «Self», en d’autres termes «le chef d’orchestre» de notre esprit.

La Joie (Photo: Disney/Pixar)
La Joie (Photo: Disney/Pixar)

«Dans Vice-Versa, c’est l’émotion Joie qui joue en quelque sorte ce rôle, analyse-t-il. Ce dernier est très important puisqu’il décide à qui la parole est donnée entre les différentes voix qui s’expriment dans notre tête. Comme un chef d’orchestre qui ordonne tour à tour à des groupes d’instruments de jouer. Chacun restant bien conscient que ses directives sont pour le bien commun!»

La Peur. (Photo: Disney/Pixar)
La Peur. (Photo: Disney/Pixar)

Le modèle IFS invite donc le patient à prendre conscience de son Self et à se mettre à l’écoute des différentes parties de son esprit. «Selon les circonstances, une partie peut prendre le dessus sur les autres, indique Sophie Cattier, qui utilise depuis quatre ans cette nouvelle thérapie dans son cabinet de Lausanne. Moi-même j’avais une partie qui se figeait quand quelqu’un piquait une colère. Parce que lorsque j’étais enfant, mon frère passait parfois par de telles phases et m’effrayait!»

La thérapie a donc pour but d’aller aider les parties blessées au cours de traumatismes passés et qui se sont enfermées dans des rôles forcés.

Pour que l’on se sente bien, les parties de notre esprit doivent vivre en harmonie.»

La thérapeute poursuit: «Ce qui implique que notre Self joue son rôle de leader.» Lui qui, peu importe les circonstances de la vie, «conserve ses qualités de confiance, de compassion et d’acceptation sans jugement.» Les thérapeutes définissent le Self comme l’«essence de nous-mêmes.» Dans le jardin chrétien, il pourrait s’apparenter à la notion d’«âme».

Le Dégoût. (Photo: Disney/Pixar)
Le Dégoût. (Photo: Disney/Pixar)

Si le modèle est en vogue aujourd’hui, c’est qu’il est très facile à assimiler. Il permet aussi «d’identifier rapidement ce qui se passe en nous et d’offrir les outils pour que son Self retrouve sa place de chef d’orchestre.» Etablissant une sorte de pont entre la psychologie et la médiation, l’IFS peut également être pratiquée sans aide extérieure, «à condition que nos parties aient déjà une assez grande confiance dans le Self». Décidément, la méthode ne manque pas d’arguments... Et le dernier-né de Pixar, unanimement encensé par la critique, pourrait bien en renforcer encore l’attrait auprès du public.

A lire: «La force de la confiance», François Le Doze, Ed. Odile Jacob.

Texte © Migros Magazine – Alexandre Willemin

Texte: Alexandre Willemin

Benutzer-Kommentare