9 septembre 2017

Boule de poils

Le chat-chat à son pépère

Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 2 minutes

Saleté de GPS! Pas fichu de nous conduire en ligne droite jusqu’à destination. Faut toujours qu’il pétouille, qu’il nous embrouille avec sa voix mielleuse d’hôtesse de la compagnie Air Canada. Je m’en vais le débrancher aussi sec ce maudit niaiseux! Hop, silence dans l’habitacle, je reprends les commandes… Rien ne vaut le pilotage manuel. «Dis chéri, tu n’aurais pas dû prendre à gauche à l’intersection?» Oups.

Au fait, nous sommes en route pour aller rendre une petite visite de courtoisie à la chatte que l’on envisage d’adopter. (Ceux qui ont lu les précédentes chroniques savent sans doute de quoi je parle. Quant aux autres, ils feraient bien de rattraper leur lecture en retard s’ils ne veulent pas être largués.) Chatte qui vit pour l’instant sur la frontière séparant la Glâne de la Gruyère. Autrement dit, en plein Far West.

Presque à l’heure H (crisse de navigateur!), nous débarquons au domicile de la susmentionnée (on se dirait dans un polar). Pas pour l’embarquer, mais histoire de faire sa connaissance. Euh, pour être tout à fait honnête, nous allons là-bas en mission de reconnaissance, avec pour objectif de sélectionner l’heureuse élue parmi une fratrie de mistigris. Nous ne sommes donc pas très fiers de ce que l’on s’apprête à faire...

Une jeune femme - la copine de notre copine qui nous a appelés pour dire que… - nous invite à pénétrer dans la ferme qu’elle occupe. Puis, dans son salon où s’ébattent quatre chatons tout mignons (enfin, c’est ce que les autres membres de ma famille semblent penser). Difficile de déterminer leur sexe, même avec une loupe. «Il y a des femelles dans le tas?». Notre hôte pointe son index manucuré sur deux boules de poils blotties près d’un radiateur. «La noire, elle est jolie!» «Oui, mais elle est déjà réservée.» (…)

Finalement, ça tombe plutôt bien parce que ça nous évite de faire un choix cornélien et forcément douloureux. Reste donc la minette aux couleurs fribourgeoises. Nous nous approchons à pas de loup pour essayer d’établir le contact et, pourquoi pas, la caresser. Elle file sous le canapé.

«Elle est craquante, non?» «Ben, c’est difficile à dire parce qu’on n’a pratiquement vu que le bout de sa queue…» «Allez, franchement!!?» Au retour, je me sens comme piégé. Plus moyen de reculer, il faut sauter, balancer la réponse attendue. «Ouais, ouais, elle est au poil!» Le compromis, le consensus mou, c’est le prix à payer parfois pour ne pas avoir à dormir dans la baignoire!

Benutzer-Kommentare