14 avril 2018

«Croquettes ou pâtée?»

Le chat-chat à son pépère.

Question nourriture, ma chatte Zouc est-elle difficile? (Photo: Yago Hernandez)
Question nourriture, ma chatte Zouc est-elle difficile? (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 3 minutes

«Monsieur désire?» Eh oui, je suis de retour dans mon animalerie préférée. Celle où j'ai déjà acheté tout le nécessaire pour félin en voie d'adoption ainsi qu'une chatière basique qui me donne entière satisfaction. Je le dis d'ailleurs au vendeur, lequel me snobe un peu depuis cet épisode.

On se regarde un moment en chiens de faïence, puis je lui révèle l'objet de ma visite: «Ma chatte vient d'avoir une année. Fini les croquettes pour bébé, il est temps qu'elle mange comme une grande!» Mon guide m'invite à le suivre, direction l'espace pet food.

«Vous êtes au bon endroit, le seul qui propose plus de quarante marques différentes à ses clients!». Silence, le temps que j'encaisse la nouvelle. «Quarante marques? Vous plaisantez j'espère!» Non, il ne plaisantait pas. «Que Monsieur se rassure, nous allons lui trouver l'aliment adéquat.»

Nous parcourons ensemble les rayons qui croulent sous des boîtes de conserve, des barquettes en alu et des sachets aux couleurs vives. «Nourriture sèche ou humide?» Je le regarde sans comprendre. «Croquettes ou pâtée?» Beuh, j'hésite… Le souvenir olfactif d'une «terrine» me remonte alors à travers les narines jusque dans les limbes de mon cerveau. «Sèche, sèche, l'humide pue vraiment trop!» Le vendeur flegmatique soulève un sourcil désapprobateur.

«Votre chatte, elle a un pedigree?» Je souris. «Oui, oui, on l'appelle Zouc de la Gouttière.» Mon humour le laisse de marbre. «Donc, nous avons affaire à une bestiole ordinaire, âgée d'une année et qui sort sans doute puisque vous lui avez installé une chatière bas de gamme.» J'opine du chef, émerveillé par son sens aiguisé de l'observation. «Alors, je sais ce qu'il vous faut!»

Le voilà qui disparaît entre deux rayons. Je le rejoins. Devant nous, un étal énorme de croquettes pour chats sensibles, stérilisés, allergiques, diabétiques ou obèses qui, en plus, coûtent bonbon. "Moi, j'aimerais un aliment pour chatte normale, à un prix décent!»

Son regard se durcit, son ton aussi. «Vous n'allez pas lésiner sur la qualité tout de même. Votre animal de compagnie a besoin d'un alimentation adaptée à ses besoins spécifiques avec ce qu'il convient de protéines, lipides, acides gras essentiels, oligo-éléments, minéraux et vitamines.» Je le corrige: «Vous voulez dire céréales broyées, déchets carnés, matière grasse et additifs.»

Je sens qu'il est prêt à m'envoyer à la concurrence, mais il se ressaisit juste à temps. C'est un vrai professionnel. «Ici, on parle de diététique, de nutrition équilibrée, pas de malbouffe! Libre à vous de remplir la gamelle de votre chatte avec n'importe quoi, mais ne venez pas vous plaindre après si elle perd ses poils, devient grosse comme une baudruche ou se vide sur votre canapé!»

La culpabilité et la vision de MON canapé souillé me font plier. J'achète les royales croquettes au saumon fumé et au tendre gibier sur leur lit de patates douces, de fruits et de légumes ainsi que les portions de pâtée au poulet et potiron. « Vous prendrez bien encore quelques friandises? » Le vendeur sait qu'il a gagné la partie et achève de me ridiculiser. L'addition est salée.

En rentrant à la maison avec mon sac à commissions, je me sens tout couillon. Zouc, elle, n'en a cure: elle s'approche de moi en ronronnant et frotte son pelage sur mon pantalon. Il y en a au moins une qui profitera de mon humiliation…

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Quand Zouc rencontre son nouveau pire ennemi! (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère

Visite agitée chez le vétérinaire. (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère

Alain Portner et sa chatte Zouc.

Bête comme chat

Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère