7 juillet 2018

Gentils voisins

Le chat-chat à son pépère

Les chats aussi ont des problèmes de voisinage. Pas vrai Zouc? (Photo: Yago Hernandez)
Les chats aussi ont des problèmes de voisinage. Pas vrai Zouc? (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 2 minutes

Au hit-parade des tracasseries de l’existence, figurent en bonne place les problèmes de voisinage. Chez l’Homo sapiens s’entend, qui cultive depuis l’âge des cavernes l’art brut consistant à s’insulter et à se crêper le chignon pour de bêtes questions de territoire: «Ton arbre me fait de l’ombre!», «Le bruit de tes soccoli m’empêche de dormir!», «Ton bouledogue pue!», et j’en passe et des meilleurs.

Les félins domestiques seraient-ils, eux, moins crétins que les humains? Permettez-moi d’en douter! Prenons l’exemple de Zouc et de sa voisine, une chatte grise de quelques années son aînée, que je prénommerai Inzemix pour que personne ne puisse l’identifier (surtout mes voisins qui pourraient prendre ombrage de cette chronique et me faire des misères par la suite!).

Eh bien, depuis qu’elles se connaissent, ces minettes de salon n’arrêtent pas de jouer au chat et à la souris, d’être comme chien et chat et de se regarder en chiens de faïence. Elles se défient, se toisent, mais n’en sont encore jamais venues aux pattes ni aux griffes. Enfin, pas que je sache.

Leur jeu préféré? Narguer l’autre à travers une fenêtre! Zouc va d’ailleurs jusqu’à grimper sur un poirier en espalier pour aller fixer de son œil narquois son vis-à-vis pantois. Inzemix n’est pas en reste et franchit même parfois le seuil de notre chatière sans y être invitée. Quel culot!

Heureusement qu’il leur manque la parole. Imaginez sinon quels noms d’oiseaux et propos acerbes ces deux charmantes bestioles pourraient échanger: «On t’a déjà dit que tu étais une chatte extrêmement banale?» «Pourquoi tu n’irais pas voir s’il y a des souris là-bas?», «Quand les andouilles voleront, tu seras cheffe d’escadrille!» «Tu as le QI d’un bulot et le charisme d’une moule!», «Crétine des Préalpes!», «Chatte d’ivrogne!», «Va te compter les poils!»...

Pour conclure et revenir aux humains, un proverbe américain contemporain mais étonnamment pas trumpien: «Les bonnes clôtures font les bons voisins». A méditer? Non, on va plutôt passer dessus comme chat sur braise.

Benutzer-Kommentare