7 octobre 2017

Je fais partie du club

Le chat-chat à son pépère

Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 2 minutes

Le débarquement annoncé d’un chat (de Zouc en l’occurrence) à la maison, c’est un peu comme l’arrivée d’un enfant, ça se prépare… Bon, pas nécessaire de repeindre une chambre en rose ou de sécuriser les prises électriques et les coins de table, mais il faut quand même acquérir le matériel de base et, croyez-moi, ce n’est pas de la tarte!

Est-ce que vous avez déjà franchi le seuil d’un magasin pour animaux de compagnie? Si oui, tant pis pour vous! Si non, continuez de passer votre chemin parce que franchement ça craint! Moi, face à cette offre pléthorique de produits pour potes à poils, à plumes et à écailles, j’ai tout simplement failli tourner les talons et déguerpir. Tellement ça sentait la prise de tête…

«Affrontez vos peurs!», disent les psys. Histoire d’économiser une séance, je ne me suis pas dégonflé et j’ai commencé à explorer les rayons. Sans boussole ni liste de commissions. Grossière erreur, car l’errance, la longue errance me guettait… Heureusement, un charmant Saint-Bernard, avec une blouse aux couleurs de la boutique, est venu à mon secours avant que je ne perde la boule, les nerfs ou les deux à la fois.

«Qu’est-ce que je peux faire pour vous?» La tentation était alors grande de lui répondre: «Tout va bien mon brave, je me débrouille». Mais non, j’ai fait profil bas et je lui ai avoué en chuchotant que c’était le première fois que je venais ici. «Ce n’est pas pour moi, c’est pour ma chatte», ai-je cru utile d’ajouter. «Elle a quel âge?»

C’était parti! Mon guide m’a fait faire le tour du propriétaire et j’ai eu droit à des commentaires sur les pelles à crottes, l’herbe à chats et les litières. Mon caddie, lui, se remplissait à vue d’œil. Et hop, encore une jolie corbeille en plastique et une caisse de transport aérodynamique! «Vous avez un distributeur de nourriture et une fontaine à eau?» «Euh non, mais je vais réfléchir…»

A la fin, mon chariot était plein et mon portemonnaie vide. Je venais de tester pour de vrai le fameux principe des vases communicants. Le gentil monsieur m’a offert une friandise (pour chat) et m’a tendu une carte de fidélité. Je faisais désormais partie du club. Quand elle a vu la facture, ma douce moitié a blêmi. Pour ne pas perdre complètement la face, je lui ai dit que j’avais victorieusement résisté à la tentation d’acheter un arbre à chats (Un «must» selon le vendeur!).

«Et tu as pensé aux croquettes?» J’étais happy comme Droopy à l’idée d’avoir bientôt droit un deuxième tampon sur ma carte de fidélité…

Benutzer-Kommentare